Retour

Manifestation à Maniwaki pour le jeune homme blessé au palais de justice

Plus d'une vingtaine de personnes ont manifesté samedi leur solidarité à l'égard de l'homme de 18 ans gravement blessé la semaine dernière lors de l'intervention d'un constable spécial au palais de justice de Maniwaki, en Outaouais.

« Il aurait pu le tuer, c'est un miracle qu'il soit toujours en vie », a exprimé un ami du blessé, Olivier Fortin.

Les manifestants se sont rassemblés devant le palais de justice avant de marcher dans les rues de la municipalité. Le groupe était composé de plusieurs jeunes et de membres de la famille du blessé.

La mère du jeune homme a expliqué que cette manifestation visait à sensibiliser la population. Elle demande que « justice soit rendue ».

Le jeune homme a été atteint d'une balle à la tête, le 31 janvier, à la suite d'un affrontement qui a dégénéré avec un constable spécial.

Comme le jeune homme blessé était en cour pour une affaire relevant du tribunal de la jeunesse, la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents interdit la divulgation de son identité.

Selon les informations préliminaires du Bureau des enquêtes indépendantes (BEI), il aurait réussi à prendre le bâton télescopique de l'agent et lui aurait asséné un coup à la tête. Le constable aurait ensuite pris son arme et tiré.

Dans une vidéo de l'événement, on peut voir le constable spécial qui semble pointer son arme vers une cible hors du champ de la caméra. On entend ensuite un coup de feu et des cris.

« J'ai trouvé ça tellement choquant. Quand j'ai vu la vidéo, j'ai failli m'effondrer. Je me dis que c'est irréel que, quand les [agents] se sentent en danger, ils sortent [leur arme à feu] tout de suite. Tu ne peux pas réagir comme ça, c'est inhumain », a réagi Gabrianna Bertrand Fortin, une amie du blessé.

Pour une meilleure sécurité dans les palais de justice

Bruyants, les manifestants ont réclamé plus de sécurité dans le palais de justice de Maniwaki et une meilleure formation du personnel de sécurité.

« Je pense qu'il y a d'autres façons d'interagir avec des adolescents ou des jeunes adultes. C'est important pour la sécurité de nos palais de justice. Je trouve que le port d'armes pour certains dossiers n'est pas nécessaire », a jugé France Guay, une amie de la famille.

« Quand on est rendu qu'un jeune armé d’un briquet et d’un paquet de cigarettes se fait tirer parce qu’il veut aller fumer pis ça fini comme ça, il manque d'effectif, il manque de formation, il manque de quelque chose. Je ne sais pas ce qu'il manque, mais ce n'est pas normal qu'on en vienne à un coup de feu », a ajouté Fernand Gagnon.

Les organisateurs de la manifestation ont averti les participants qu'il ne fallait pas qu'elle dégénère. Elle s'est déroulée sous surveillance policière. Lors de leur déplacement, les manifestants ont perturbé la circulation automobile.

En mémoire de Brandon Maurice

Les proches de Brandon Maurice, abattu à l'âge de 17 ans par un agent de la Sûreté du Québec, à Messines, tout près de Maniwaki le 16 novembre 2015, ont tenu à participer à la manifestation.

« De la violence comme ça, on en veut plus. Il y a trop de violence de la part des policiers. Ce n'est pas juste », a déclaré Lise Maurice, la grand-mère du défunt.

L'enquête publique du coroner sur les causes et circonstances du décès de Brandon Maurice aura lieu du 9 au 13 avril au palais de justice de Gatineau.

État de santé du jeune homme blessé le 31 janvier

La mère du jeune homme blessé dit que son fils est toujours en convalescence depuis qu’il est sorti du coma.

Il est toujours hospitalisé à Hull. Il n'a pas perdu l'usage de sa vision ni de son ouïe, mais il a souffert d'une sévère commotion cérébrale. La balle est toujours logée dans son corps et elle ne sera pas retirée.

Selon sa mère, il devra rester à l'hôpital encore quelques semaines.

Elle ajoute qu’elle est sur le point d’engager des poursuites judiciaires contre le constable impliqué dans l’incident.

Avec les informations de Florence Ngué-No

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce garçon se fait prendre par le reste de sa famille!





Rabais de la semaine