Alors que la mobilisation contre Donald Trump ne faiblit pas aux États-Unis, les militants ne veulent pas non plus se laisser abattre de ce côté-ci de la frontière et Ottawa n'échappe pas au phénomène.

Samedi après-midi, une poignée de personnes se sont rassemblées devant l'Ambassade des États-Unis sur la rue Sussex pour manifester contre le nouveau président américain élu.

Les manifestants souhaitaient par ce geste témoigner de leur solidarité avec le peuple américain, après l'onde de choc créée par l'élection de l'homme d'affaires controversé le 8 novembre dernier.

L'instigateur de la manifestation, Jonathan Cameron, tenait à partager son opposition aux propos intolérants du président élu.

Il a également tenu à lancer un avertissement au premier ministre Justin Trudeau, lui demandant de se méfier de Donald Trump, qu'il croit néfaste pour l'économie canadienne, en raison de son opposition aux accords de libre-échange.

Samedi matin, environ 100 000 personnes indiquaient sur Facebook qu'elles comptaient participer rassemblements à New York, à Chicago et à Los Angeles. Les policiers sont sur un pied d'alerte, même si les organisateurs ont demandé aux manifestants d'éviter tout geste de violence et de vandalisme.

Depuis les élections de mardi, des milliers de personnes ont protesté, entre autres, à Boston, à New York et à Portland, où une manifestation a dégénéré samedi soir.
Les autorités ont fait état de plusieurs actes de vandalisme, et un homme a été atteint par balle par un contre-manifestant. Les autorités sont toujours à la recherche du tireur qui a pris la fuite.

Avec les informations de Godefroy Chabi

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?