Retour

Manifestation contre la cruauté animale devant les bureaux de Marie-France Lalonde

Des manifestants contre la cruauté animale se sont fait entendre lundi devant le bureau de circonscription de la ministre ontarienne des Services correctionnels, Marie-France Lalonde, à Ottawa. Ils ont dénoncé le traitement réservé aux animaux du zoo Papanack à Wendover, dans l'Est ontarien.

Une dizaine de personnes ont répondu à l'appel de la Ligue de défense des droits des animaux d'Ottawa. Il s'agissait de la deuxième manifestation en quelques jours. Samedi, une quarantaine de personnes s'étaient rassemblées devant le zoo Papanack.

Les manifestants pressent le gouvernement provincial d'instaurer une règlementation plus serrée pour mieux protéger les animaux. De plus, ils s'élèvent publiquement contre l'existence des zoos et souhaitent leur fermeture.

« Je trouve qu'on n'a plus besoin d'avoir des animaux dans des cages pour aller les regarder. Les animaux ont le droit de vivre leur vie comme nous on vit notre vie. Ce n'est pas nous autres qui avons besoin de les tenir en otage », a affirmé Line Champagne, une manifestante qui s'est déplacée de la communauté de Blackburn Hamlet pour faire connaître son mécontentement.

Le regroupement avait appelé à la mobilisation à la suite de la diffusion d'images de cruauté animale sur le site web d'Animal Justice, une association qui vise l'implantation d'une législation plus contraignante en matière de protection des animaux. Toutefois, il a été impossible de confirmer l'authenticité et l'origine de la vidéo.

Les droits des animaux pris au sérieux en Ontario

La ministre des Services correctionnels, Marie-France Lalonde, s'est dite inquiète après avoir vu la vidéo, dont les actes auraient pu être filmés au zoo Papanack.

Elle affirme que l'Ontario prend le respect du droit des animaux au sérieux. Mme Lalonde explique que tous les zoos de l'Ontario ont l'obligation d'être inspectés, que le zoo soit inscrit au registre volontaire des zoos et des aquariums de la province, ou non.

« Je pense que tous les Ontariens et les Ontariennes s'attendent à ce que les animaux qui sont en Ontario soient traités avec respect et soin. Mon rôle, en tant que ministre, c'est de veiller à ce que ce système continue de respecter cet engagement », a fait savoir Mme Lalonde.

La Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux de l'Ontario (OSPCA) reçoit 5,5 millions de dollars annuellement du gouvernement provincial, dont plus de 3 millions sont destinés à enquêter et inspecter pour s'assurer du respect des droits des animaux. La OSPCA a ces mandats dans le cadre de la Loi sur la Société de protection des animaux de l'Ontario, la législation en vigueur pour protéger les animaux.

La OSPCA a ouvert une enquête, mais elle ne fera aucun commentaire avant que les vérifications ne soient terminées.

Mme Lalonde ajoute que depuis le mois de mai, le gouvernement fait une analyse de la loi pour s'assurer qu'elle permette la protection de tous les animaux, incluant les animaux exotiques. La députée d'Ottawa-Orléans dit qu'il pourrait y avoir des changements, mais qu'ils seraient adoptés graduellement.

Avec les informations d'Estelle Côté-Sroka

Plus d'articles

Commentaires