Retour

Manifestation contre le déménagement de l'Armée du Salut à Ottawa

Près de 300 personnes ont manifesté, mardi soir, contre le projet de déménagement de l'Armée du Salut sur le chemin Montréal, dans le secteur de Vanier, à Ottawa.

Les manifestant se sont réunis, à l'angle du chemin Montréal et de l'avenue Lafontaine devant le lieu d'une réunion d'information privée sur le projet pour les résidents d'un édifice à condos. Ils ont dénoncé le manque de transparence et de consultation, ainsi que leurs craintes face au projet.

L’organisme, qui sert de refuge et de soupe populaire pour les plus démunis, envisage de construire un centre de 103 000 pieds carrés au 333, chemin Montréal, dans le secteur de Vanier. Actuellement, ses opérations se trouvent au 171, rue George, dans le marché By.

Les manifestants craignent que le déménagement aggrave la criminalité dans le quartier.

« Ottawa nous envoie tout. Vanier est renommé par un jeune de douze ans pour la drogue, la prostitution et le vandalisme. Est-ce qu'on a besoin de ça? Je marche sur la rue et je ne me sens pas en sécurité »,a dit Gisèle Larabie.

D'autres manifestants sont inquiets que l'implantation du nouvel édifice de l'Armée du Salut freine la revitalisation du quartier.

« Selon moi Vanier est en train de remonter la côte et de mettre des gens vulnérables ensemble, fait juste augmenter leur gène. Pourquoi ne pas éparpiller un peu les vulnérables dans la ville d'Ottawa? Vanier a eu son quota. On devrait arrêter. C'est une ville qui est en train de se refaire et on devrait lui laisser ses chances » a exprimé Lucie Laliberté, qui habite le quartier de Côte-de-Sable, mais qui s'est sentie interpellée par la cause.

Adam Freed redoute que l'implantation de l'Armée du Salut fasse de Vanier « un Ghetto » où personne ne voudra déménager dans le quartier et qu'aucune nouvelle entreprise ne veuille s'installer le long du chemin Montréal.

Pierre Crête, ancien conseiller municipal du quartier Vanier, était présent à la manifestation.

« On nous arrive avec un méga building qui ne cadre pas dans le plan directeur, qui ne cadre pas dans le zonage ni dans la politique des gens sans abris de la Ville d'Ottawa adoptée récemment qui propose de petits centres éparpillés à travers toute la municipalité pour ne pas créer un ghetto », a-t-il déploré.

Avec les informations d'Estelle Côté-Sroka

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine