Retour

Manifestation contre Uber à l’hôtel de ville d’Ottawa

Des chauffeurs de taxi ont tenu en fin de matinée un rassemblement à l'hôtel de ville d'Ottawa, afin de protester contre le service de transport Uber.

La manifestation, qui a débuté à 11 h et s'est achevée vers midi, avait pour but de dénoncer la diminution de revenus que subiraient les chauffeurs de taxi à cause d'Uber.

La directrice municipale, Susan Jones, a reçu le président du Syndicat des chauffeurs de taxi d'Ottawa, Amrik Singh, afin d'entendre les doléances des protestataires.

Cet événement faisait partie d'un mouvement de protestation plus large, à l'échelle de la planète. Uber est maintenant installé dans des centaines de villes et dans des dizaines de pays à travers le monde.

Les chauffeurs de taxi en ont contre les conducteurs de cette compagnie, parce que ces derniers ne se plient pas aux réglementations municipales et ne payent aucun permis pour avoir le droit de transporter des passagers.

Une lettre pour dénoncer Uber

Dans une lettre ouverte publiée, mercredi, dans des journaux d'Ottawa, les chauffeurs de taxi, leur répartiteur, Conventry Connections, et leur syndicat écrivent qu'ils entendent montrer leur solidarité « avec les chauffeurs de taxi de partout sur la planète ».

« Ils transforment de vrais emplois en travail sans valeur et mal payé. C'est une compagnie étrangère qui prélève de l'argent de notre économie locale, et cela nous fait du mal à tous », expliquent les auteurs de la lettre.

Ils évoquent aussi des incidents impliquant des chauffeurs de taxi qui ont décidé de passer à l'action.

Selon eux, ces personnes sont frustrées par l'attentisme des autorités locales et « le manque de respect pour leur profession ». Mais en aucun cas, leurs gestes ne sont représentatifs des valeurs qui animent les chauffeurs de taxi dans leur ensemble.

D'après des informations de CBC

Plus d'articles

Commentaires