Retour

Manque d'autobus le soir du 31 : la STO et Patrimoine canadien se renvoient la balle

La Société des transports de l'Outaouais (STO), critiquée pour ne pas avoir organisé un service spécial pour ses usagers le 31 décembre après minuit, rejette le blâme sur Patrimoine canadien notamment.

La société de transport n'a pas pu offrir les services attendus par ses usagers le soir des festivités du 31 décembre, et ce pour plusieurs raisons.

La STO est en pleine période de négociations pour le renouvellement de la convention collective des chauffeurs et des employés de l'entretien.

Depuis le 11 décembre, « le syndicat a un mandat de grève entre les mains, voté par les membres, ce qui fait que nous n'avions aucune garantie dans ce contexte que nous pouvions compter sur la disponibilité de la main-d’œuvre », explique la responsable des Affaires publiques à la STO, Céline Gauthier.

Pour la préparation d'un service spécial. la STO a besoin de plusieurs mois d'organisation. Or, l'organisateur des festivités du 31 et du lancement du 150e anniversaire de la Confédération canadienne, Patrimoine canadien, n'aurait prévenu la STO qu'au mois de novembre, selon la responsable des Affaires publiques.

« Cela prend de la main-d’œuvre, de la disponibilité et de l'organisation logistique », explique Mme Gauthier.

Selon la société de transport gatinoise, OC Transpo à Ottawa aurait été prévenu des mesures à prendre par Patrimoine canadien beaucoup plus tôt que ne l'a été la STO.

Nous aurions aimé recevoir, comme bon partenaire, cette demande à l'avance, comme OC Transpo

Céline Gauthier, responsable des Affaires publiques de la STO

Patrimoine canadien qui a décliné notre demande d'entrevue, précise dans un courriel adressé à Radio-Canada qu'« il n’y a jamais eu de discussions pour organiser un service de navettes pour le Coup d’envoi de Canada 150 ».

Les chauffeurs n'étaient pas au courant, selon le syndicat

Du côté du syndicat, on déplore que les chauffeurs n'aient pas été mis au courant de cet événement spécial.

« Jamais il n'y a eu des feuilles qui ont été exposées sur les babillards pour demander aux chauffeurs de faire de l'overtime pour le 31 décembre », répond pour sa part le président du Syndicat uni du transport en Outaouais, Félix Gendron, qui assure que les chauffeurs auraient été intéressés à offrir un service spécial aux usagers.

Mme Gauthier espère qu'à l'avenir les organisateurs de festivités à Ottawa prendront le temps d'informer à l'avance la société de transport gatinoise.

Avec les informations du journaliste Mathieu Gohier

Plus d'articles

Commentaires