Retour

Marche de la fête du Travail à Ottawa et renouvellement des conventions collectives fédérales

Des centaines de syndiqués de la capitale nationale ont participé, lundi midi, à la marche annuelle de la fête du Travail, organisée par le Conseil du travail d'Ottawa (ODLC). Ils se sont réunis ce midi devant l'hôtel de ville, puis se sont dirigés vers le parc McNabb.

Un pique-nique et des activités pour les enfants et les familles y étaient offerts.

L'événement se tient alors que les pourparlers continuent pour renouveler les conventions collectives des fonctionnaires, entre les syndicats représentant la fonction publique et le gouvernement fédéral.

Un des points en discussion est le régime actuel des congés de maladie, que le gouvernement libéral veut remplacer par un nouveau régime d'invalidité de courte durée géré par une compagnie d'assurance.

En ce moment, les fonctionnaires ont droit à 15 jours de maladie par année. Les jours qui ne sont pas pris peuvent être cumulés d'année en année.

Selon la proposition du gouvernement Trudeau, les fonctionnaires auraient ainsi droit à huit jours annuels de maladie non cumulables - au lieu des six jours proposés par l'ancien gouvernement Harper.

Le Conseil du travail d'Ottawa représente une centaine de syndicats locaux à Ottawa, soit près de 55 000 travailleurs.

L'Alliance de la fonction publique du Canada se réjouit de l'entente insepérée chez Postes Canada.

Le plus grand syndicat de fonctionnaires fédéraux espère un changement de ton lors de la reprise négociations dans 8 jours.

« On se demande si y'a eu un changement de gouvernement », dit Larry Rousseau de l'Alliance de la fonction publique du Canada. « On veut des augmentations salariales qui ne sont pas à point cinq. Point cinq, c'est insultant de garder ca sur la table. C'est aussi insultant de garder la demande pour des régimes de congés de maladie sur la table, surtout quand on voit qu'est-ce qui s'est passé avec un système privatisé de la paye. »

Le maire d'Ottawa, Jim Watson, a fait sa sentir sa présence lors de la marche, même si un groupe syndical de gauche a soutenu qu'il n'était pas le bienvenu.

Le président du syndicat des employés de la ville d'Ottawa, Sean McKenny, est l'un de ceux qui s'inquiètent Il craint des mises à pied à la ville d'Ottawa et il assure qu'il a le maire Watson a l'oeil.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Toute la vérité sur la Vierge





Concours!



Rabais de la semaine