Retour

Mariette Carrier-Fraser sacrée personnalité de l'année 2015

C'est une pionnière de la reconnaissance des droits des francophones qui a remporté le grand prix, mardi soir, au Gala de la personnalité de l'année Radio-Canada/LeDroit. Mariette Carrier-Fraser a été couronnée personnalité de l'année 2015, parmi les 41 finalistes, pour son engagement dans le milieu de l'éducation en français.

Un texte de Joly-Anne Ricard

Le principe d'équité, voilà ce qui a poussé cette enseignante de formation à lutter pendant plusieurs décennies pour la reconnaissance des droits des francophones dans une province à majorité anglophone. Mariette Carrier-Fraser a notamment joué un rôle déterminant dans la création des 12 conseils scolaires francophones en Ontario, en 1998, et dans la fondation du Collège Boréal, en 1995.

En 2015, l'Ontario a honoré l'ex-sous-ministre adjointe en lui remettant le Prix de la francophonie. Radio-Canada et LeDroit l'avaient choisi comme personnalité de la semaine, en novembre dernier, pour souligner son parcours et son dévouement.

Prix coup de cœur

Deux prix coup de cœur ont aussi été remis au cours de la cérémonie, soit un premier à Ginette Séguin, à qui le petit village de Ripon doit des dizaines d'événements culturels, et un second à Bato Redzovic, directeur général d'Accueil-Parrainage Outaouais.

Coiffeuse de métier et organisatrice dans l'âme, Ginette Séguin s'est surpassée l'an dernier avec la mise en scène d'une grande fresque théâtrale pour célébrer le 150e anniversaire de Ripon. Le spectacle Ça s'est passé en Riponnie a attiré plus de 700 personnes dans cette communauté de la Petite-Nation.

Quant à Bato Redzovic, il a été honoré dans la foulée de l'arrivée des réfugiés syriens dans la région. Lui-même immigrant, il s'est établi à Gatineau il y a plus de 20 ans pour fuir la Bosnie-Herzégovine. Au sein de son organisme, qui a célébré ses 35 ans en 2015, il travaille à l'accueil des immigrants depuis longtemps, y ayant même œuvré comme bénévole et intervenant peu après son arrivée au pays.

D'autres lauréats primés dans sept catégories

Dans la catégorie affaires, c'est Joanne Lefebvre, ex-présidente-directrice générale du Regroupement des gens d'affaires (RGA) de la Capitale nationale, qui a reçu les honneurs.

Sous sa direction, l'organisme a retrouvé ses lettres de noblesse, en devenant un acteur économique majeur. Après 15 ans de services, la Franco-Ontarienne a quitté l'an dernier le RGA avec le sentiment du devoir accompli.

L'humoriste franco-ontarienne Katherine Levac a quant à elle remporté le prix dans la catégorie culture.

L'artiste s'est fait connaître du grand public avec l'émission SNL Québec et elle multiplie depuis ses apparitions au petit écran. En 2015, elle devenait la première femme sacrée découverte de l'année au Gala Les Oliviers.

C'est Bernard Roy qui s'est démarqué dans la catégorie éducation.

Tour à tour enseignant, conseiller pédagogique, directeur d'école, surintendant et finalement directeur de l'éducation au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE), M. Roy a toujours eu la réussite des élèves à cœur. Après 34 ans dans le monde de l'éducation, il a tiré sa révérence en 2015, laissant derrière lui un conseil en pleine santé, affichant un taux de diplomation qui frôle la perfection.

Dans la catégorie engagement social/bénévolat, un grand défenseur de la langue française a été honoré.

Depuis plus de 25 ans, Jean-Paul Perreault est à la tête de l'organisme Impératif français, qui a célébré en 2015 ses 40 ans. Cet amoureux de la langue de Molière contribue aussi à faire rayonner la culture et les artistes francophones, en organisant des événements d'envergure, comme L'Outaouais en fête.

C'est dans la catégorie engagement social/vie professionnelle que Pierre Moreau s'est quant à lui distingué.

Depuis 30 ans, il est au cœur d'initiatives importantes pour le développement de l'industrie forestière en Outaouais. Il a entre autres contribué à la création de ce qui est devenu l'Institut des sciences de la forêt tempérée, faisant de Ripon le premier village universitaire au Québec. L'an dernier, le Regroupement des sociétés d'aménagement forestier en a fait sa personnalité de l'année.

Le Dr Peter Walker est le lauréat dans la catégorie santé, science et technologie.

Grâce à son travail, l'excellence de l'Institut de recherche Bruyère à Ottawa est maintenant reconnue dans le monde. C'est sous sa gouverne, en 2015, que le centre de santé mondial de l'établissement est devenu membre du prestigieux réseau de collaborateurs de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Le directeur général, aussi professeur de médecine, espère que cette désignation permettra à son établissement de prendre son envol.

Dans le domaine des sports, le hockeyeur Daniel Brière a remporté les honneurs.

Il a connu une fructueuse carrière au sein de la Ligue nationale de hockey (LNH), après avoir fait ses débuts avec l'Intrépide de Gatineau dans sa ville natale. En 18 ans de carrière professionnelle, il a joué au sein de cinq équipes et disputé 973 parties. Le hockeyeur a aussi contribué à la construction du complexe sportif Branchaud-Brière à Gatineau. L'été dernier, il annonçait qu'il accrochait ses patins pour la dernière fois.

Plus d'articles