Martin Biron participait à un match-bénéfice de hockey lorsqu'on lui a annoncé le décès de Ray Emery. Le Québécois considère son ancien homologue comme « un coéquipier et un rival qui était respecté » par ses pairs.

« J'étais avec plusieurs autres anciens joueurs qui ont croisé le chemin de Ray et tous pensaient la même chose, c'est extrêmement triste », a réagi Biron.

Emery s'est noyé tôt dans la matinée de dimanche dans le lac Ontario.

Nombre d'individus gravitant dans le monde du hockey ont offert leurs condoléances à la famille et aux proches du défunt lorsque sa mort a été confirmée par le Service de police de Hamilton. Biron fait partie du lot.

Les deux gardiens se sont retrouvés en 2007 au coeur d'une bagarre impliquant la totalité des joueurs sur la patinoire.

« Pour nous à Buffalo, l'un des matchs les plus mémorables dans l'histoire de l'organisation, ou du moins pour cette génération de supporteurs des Sabres, était cette mêlée. Cette rencontre était folle », s'est remémoré Biron.

« Je savais que des coups de poing allaient se donner, donc dès que la rondelle a été mise en jeu, j'ai commencé à patiner et Ray a fait de même pour me retrouver. Et dès qu'il a retiré son masque, il avait ce sourire comme s'il allait me hacher vivant. »

« Il allait me battre avec une main dans le dos, et c'est essentiellement ce qui s'est produit », a continué le Québécois.

En février 2017, une décennie après cette mêlée qui a marqué les esprits à Buffalo, Biron a encouragé Emery à assister à un bien-cuit organisé par une station de radio de la ville.

L'ex-portier des Sénateurs d'Ottawa, des Flyers de Philadelphie, des Ducks d'Anaheim et des Blackhawks de Chicago a toutefois préféré refuser la proposition puisqu'il était « inconfortable » dans cette situation.

« Il a dit : “oh non, je ne veux pas que les gens me détestent, ce n'était qu'un match de hockey. Je ne veux pas parler en mal de Buffalo ou de toi”. »

Plus d'articles