Retour

Mauril Bélanger président honoraire des Communes

Le député libéral d'Ottawa-Vanier Mauril Bélanger a vécu, mercredi, son rêve de devenir président de la Chambre des communes, le temps d'une journée. Vers 13 h 50, le député a fait son entrée, puis a pris le siège de la présidence pour les deux premières interventions de la période de questions.

Ayant perdu l'usage de la parole en raison de la maladie, Mauril Bélanger a utilisé son iPad pour diriger en partie les déclarations des députés et les interventions des chefs.

M. Bélanger avait dû retirer sa candidature de la course à la présidence en novembre dernier, en annonçant qu'il était atteint de la sclérose latérale amyotrophique (SLA), une maladie dégénérative incurable.

Ses collègues parlementaires avaient alors décidé, quelques jours plus tard, de lui rendre hommage, en le nommant président honoraire de la Chambre des communes pendant une journée, une première dans l'histoire canadienne.

Une journée forte en émotions

Quelques heures avant le début de la séance de mercredi, le premier ministre Justin Trudeau a tenu à saluer la contribution de celui qu'il décrit comme un ami, un grand parlementaire et un homme de compassion.

À l'entrée des réunions de caucus, mercredi matin, tous les députés croisés dans les couloirs du parlement ont tenu à témoigner du grand respect qu'ils ont pour leur collègue.

« C'est d'une tristesse inouïe », a affirmé le chef intérimaire du Bloc québécois, Rhéal Fortin. « J'ai beaucoup de respect pour M. Bélanger. Je trouve ça triste la situation qu'il vit. Il mérite notre respect. »

« Mauril est un mentor. J'ai beaucoup travaillé avec lui, il est un grand ami, et je pense que c'est quelque chose de vraiment spécial », a pour sa part dit la ministre de l'Environnement et du Changement climatique, Catherine McKenna, qui représente elle aussi aussi une circonscription d'Ottawa.

« Il a travaillé tellement fort pour les femmes, il a travaillé vraiment fort pour la communauté francophone. Je pense que c'est un honneur qu'il mérite » , a-t-elle enchaîné.

La poursuite des engagements

L'engagement de Mauril Bélanger en matière d'égalité hommes-femmes s'incarne notamment dans un projet de loi d'initiative parlementaire, qu'il a remis de l'avant dès les premiers jours de la nouvelle législature.

Le projet de loi C-210 vise à remplacer, dans la version anglaise de l'hymne national du Canada, les mots « love in all thy sons command » par « love in all of us command », afin d'éliminer toute distinction de genre.

La députée libérale Joyce Murray dit espérer « que nous pourrons l'adopter avec Mauril, qui mène toujours la charge ».

« On veut un hymne national qui parle aux femmes et aux hommes également », a-t-elle ajouté. « Ce n'est pas un grand changement, et j'encourage tous les députés à l'appuyer. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine