Retour

Maxime Pedneaud-Jobin sort peu écorché du 1er débat avec ses adversaires

Maxime Pedneaud-Jobin, qui espère obtenir un deuxième mandat, avait le plus à perdre dans le cadre du premier débat des candidats à la mairie de Gatineau, qui était présenté par ICI Ottawa-Gatineau, mardi soir. Il a été la cible de plusieurs attaques, mais pas de toutes les attaques.

C'est le conseiller sortant du district de Touraine, Denis Tassé, qui a été le plus virulent à l'endroit du maire sortant. Il a accusé M. Pedneaud-Jobin d'avoir échoué dans plusieurs dossiers, comme ceux du déneigement, du plan de déploiement des bibliothèques de quartier, du développement du ruisseau de la Brasserie et de la réalisation des projets d'infrastructures.

« Monsieur le maire, 49 % des travaux [d'infrastructures] ont été faits cette année et, ce que je comprends bien, c'est qu'actuellement, on collecte l'argent du citoyen et on ne fait pas les travaux », a martelé M. Tassé.

M. Pedneaud-Jobin a répliqué que le conseil municipal a pris des mesures lors de sa dernière rencontre pour augmenter le rythme des approbations de contrats, afin d'accélérer la réalisation des projets.

Échanges musclés entre Tassé et Goneau

Maxime Pedneaud-Jobin n'a pas été le seul à subir des attaques. Les deux conseillers sortants qui briguent la mairie, Sylvie Goneau et Denis Tassé, ont eu plusieurs échanges animés.

Mme Goneau s'en est prise à M. Tassé au sujet de son intention d'emprunter 100 millions de dollars sur 20 ans pour financer sa promesse d'asphalter en 4 ans 108 km de rues locales.

M. Tassé a attaqué, un peu plus tard dans le débat, l'intention de son opposante de dégager des économies en éliminant des postes d'employés qui partent à la retraite.

La sortie de M. Tassé a suscité une riposte de Mme Goneau, qui s'est transformée en joute oratoire entre les deux.

L'animateur Daniel Bouchard a redonné la parole à M. Tassé, qui s'est adressé à Mme Goneau par son prénom.

« Sylvie, Sylvie, si un DGA [directeur général adjoint] quitte son poste, on le remplace-tu? », a-t-il demandé. « Si un policier prend sa retraite, allez vous dire : ''J'abolis son poste?'' »

Les deux candidats ont également croisé le fer au sujet de la promesse de M. Tassé d'offrir un financement spécial de 4 millions de dollars à la Société de transport de l'Outaouais pour améliorer le service dans le secteur d'Aylmer en attendant le développement d'un lien rapide.

« Il sort d’où le 4 millions? Du 100 millions que vous allez emprunter? », a demandé Mme Goneau, en faisant référence à la somme que M. Tassé compte emprunter pour asphalter les rues.

Rémi Bergeron s'en mêle

Denis Tassé a également été pris à partie par Rémi Bergeron relativement à son plan fiscal, qui prévoit des hausses variées de l'impôt foncier.

« Je trouve que vous lancez des chiffres un peu en l'air, M. Tassé », a rétorqué M. Bergeron, qui a affirmé que les hausses envisagées par son adversaire ne suffiraient pas à payer les augmentations de salaires des employés de la Ville.

M. Bergeron en a profité pour indiquer qu'il jugeait que des hausses de taxes ne dépassant pas 2,8 % étaient plus appropriées.

Le candidat Clément Bélanger a évité les attaques de ses adversaires, mais n'a pu éviter celle d'un internaute qui a dénoncé son rejet du projet de grande bibliothèque.

Les candidats à la mairie auront l'occasion de s'affronter à nouveau d'ici les élections du 5 novembre, notamment le 19 octobre, lors d'un débat sur l'économie et l'entrepreneuriat, organisé par la Chambre de commerce de Gatineau.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine