Retour

Menace terroriste au pays : Ottawa plus vulnérable en 2017, selon Jim Watson

L'opération policière qui a mené à la mort d'Aaron Driver, un sympathisant du groupe armé État islamique (EI), suscite bien des questions au sujet des mesures de sécurité à Ottawa alors que la capitale se prépare à accueillir des milliers de visiteurs en 2017.

De l'aveu même du maire Jim Watson, la ville sera plus vulnérable à ce type de menace tandis qu'Ottawa célébrera le 150e anniversaire de la Confédération canadienne, un événement qui attirera les foules lors de nombreuses activités à grand déploiement.

Interrogé sur la question, le maire souligne que le budget alloué à la sécurité dans la capitale sera augmenté.

Jim Watson mentionne également que les gens ont la responsabilité d'être vigilants et de dénoncer les situations suspectes.

« Comme capitale nationale, c'est nécessaire pour nous de continuer à être vigilants dans nos rues et notre communauté », dit-il.

Aux gouvernements d'en faire plus

L'expert en sécurité nationale et ancien agent du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) Michel Juneau-Katsuya déplore que les gouvernements n'aient pas lancé d'appel au public dans leurs efforts de lutte contre le terrorisme.

« Les gouvernements antérieurs et présentement n'ont pas encore envoyé de campagne publique pour justement faire un peu comme aux États-Unis. Pas nécessairement pour maintenir un niveau d'insécurité ou de paranoïa, mais on se doit de solliciter le plus grand public à nous aider à détecter des incidents ou des individus », avance-t-il.

Malgré cette vigilance nécessaire, tous s'entendent pour dire qu'Ottawa, ses résidents et ses visiteurs ne doivent pas s'empêcher de célébrer en grand en 2017.

Un avis partagé par Pierre-Yves Bourduas, sous-commissaire à la retraite de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), qui croit d'ailleurs que les différents corps policiers sont en train de s'organiser en vue des festivités.

« Ces événements majeurs forcent les corps policiers à tenir compte et travailler de concert avec les organisateurs pour s'assurer que la sécurité est omniprésente. Parce qu'on n'a qu'à penser à une tragédie qui pourrait survenir, du genre qu'on a vu à Nice, ici à Ottawa, il y aurait plusieurs questions qui seraient posées pour comprendre ce qui s'est vraiment passé », soutient-il.

Il n'a pas été possible d'avoir plus de détails sur les mesures de sécurité prévues en 2017. Le bureau d'Ottawa 2017 a décliné la demande d'entrevue de Radio-Canada.

Avec les informations de la journaliste Catherine Lanthier

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine