Retour

Menaces contre un constable spécial à Maniwaki : un suspect arrêté et accusé

Une personne a été arrêtée et accusée pour avoir proféré des menaces sur les réseaux sociaux contre le constable spécial qui a atteint par balle un jeune homme de 18 ans au palais de justice de Maniwaki mercredi.

Selon une la Sûreté du Québec, l'accusé est un mineur et ne peut donc pas être identifié.

Il aurait publié sur Facebook un message où il demandait de l'aide afin de trouver le nom du constable « pour qu'il se fasse tirer, lui aussi ».

Le Syndicat des constables spéciaux du Québec (SCSQ) a dénoncé ce message qui, selon lui, était en fait « des menaces de mort ».

« Je trouve ça incroyable que des gens osent inciter des gens à porter des gestes contre un constable alors qu’ils ne connaissent pas tous les détails de ce qu’il s’est passé vraiment à Maniwaki », a dit le président du SCSQ, Franck Perales.

Arrestation jeudi

Le jeune suspect a été appréhendé jeudi. Il aurait dit aux policiers qu'il a écrit le message sous le coup de la colère et qu'il n'a jamais souhaité du mal au constable. Il aurait ajouté qu'il aurait préféré que le constable tire en direction de la jambe plutôt qu'à la tête quand il a atteint le jeune homme de 18 ans.

Le dossier a été transmis à des procureurs de la Couronne « neutres » au palais de justice de Saint-Jérôme. Les procureurs ont conclu que les éléments constitutifs du dossier étaient trop faibles pour que le jeune suspect soit accusé de menaces de mort, mais suffisants pour qu'il soit accusé d'intimidation d'une personne associée au système judiciaire.

Selon le professeur de droit de l'Université Montréal, Pierre Trudel, l'utilisation des réseaux sociaux pour proférer des menaces peut représenter un véritable casse-tête pour les autorités policières.

« Le défi de ceux qui ont à enquêter est de précisément départager entre le propos purement colérique, que quelqu'un peut exprimer sur les réseaux sociaux, du propos carrément illégal comme s'en prendre à un individu », a-t-il expliqué.

L'accusé a été libéré sous promesse de comparaître le 25 avril.

Rappel des faits

Un violent affrontement entre un jeune homme et un constable a eu lieu au palais de justice de Maniwaki en début d'après-midi mercredi.

Le jeune homme aurait réussi à s'emparer du bâton télescopique du constable spécial et lui en aurait asséné un coup sur la tête. L'employé du palais de justice aurait alors empoigné son arme et tiré sur le civil.

Selon le Bureau des enquêtes indépendantes, le jeune contrevenant, qui a été transporté à l'Hôpital de Hull, est maintenant hors de danger de mort. Sa mère a aussi confirmé qu'il allait mieux. Le constable spécial a quant à lui quitté l'hôpital.

Avec les informations de Julie-Anne Lapointe et de Florence Ngué-No

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Le secret derrière les trop longues douches de ce jeune homme...





Rabais de la semaine