Retour

Message syndical aux fonctionnaires fédéraux : détrôner Harper, sans diviser le vote

Le Parlement maintenant dissous, l'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) fait le saut dans la campagne électorale 2015 et demande à ses membres de voter de façon stratégique. Le message est clair : il faut qu'un vent de changement souffle sur Ottawa.

À en croire le vice-président directeur régional de l'AFPC, Larry Rousseau, pour faire barrage aux conservateurs, il faudra voter stratégiquement. Cependant, il n'est pas question d'indiquer aux membres de l'organisation sur qui doit se porter leur choix.

« Lorsqu'il s'agit de diviser le vote, les gens sont capables de comprendre qu'il faut aller se rallier derrière un parti ou une tendance pour s'assurer qu'il y ait un véritable changement. Et c'est clair qu'on ne dira pas à nos membres comment voter, mais nous sortirons l'information dont ils ont besoin pour faire leur propre choix », précise M. Rousseau.

Ce dernier, qui est un militant néo-démocrate et qui s'est déjà présenté à l'investiture du parti dans la circonscription de Bourassa, affirme néanmoins à mots à peine couverts qu'il apprécie la tendance qui se dessine : selon divers sondages, les troupes orange ont actuellement le vent dans les voiles.

Les conservateurs sceptiques

Près d'un mois avant le déclenchement officiel de la campagne électorale, l'AFPC avait lancé les hostilités avec une campagne publicitaire pour dénoncer les compressions faites dans les bureaux du gouvernement fédéral par Stephen Harper.

Le candidat conservateur dans la circonscription de Gatineau, Luc Anger, rappelle pour sa part que, malgré les réductions budgétaires, il y a 10 000 emplois de fonctionnaires qui ont été créés dans la région de la capitale nationale depuis 2005.

Il croit qu'en fin de compte c'est aux employés de la fonction publique fédérale qu'il revient de décider ce qui est mieux pour eux et non aux syndicats d'influencer leurs choix.

« Ces syndicats reçoivent des cotisations des employés, et ces employés ne sont pas tous, ne font pas tous partie des partis adversaires du Parti conservateur », souligne-t-il.

La plupart des fonctionnaires fédéraux rencontrés par Radio-Canada souhaitent quant à eux que leur syndicat reste à l'écart de la campagne.

D'après un reportage de Marie-Eve Tremblay

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Les 10 poisons les plus puissants





Rabais de la semaine