La communauté autochtone de Kitigan Zibi, près de Maniwaki, traverse des moments difficiles après la mort d'un jeune homme de 18 ans abattu tôt dimanche matin. Des proches se sont rassemblés sur les lieux du drame pour rendre hommage à la victime, Bret-James Jerome.

Lundi, Amik Mcconini Mitchell a comparu au palais de justice de Maniwaki pour faire face à une accusation de meurtre prémédité dans cette affaire. Il doit revenir en cour le 14 juillet.

Dimanche, les policiers de la Sûreté du Québec se sont rendus derrière une résidence de la rue Cartier vers 5 h après avoir reçu plusieurs appels du public. Ils ont découvert la victime qui gisait inanimée au sol. Son décès a été constaté peu après à l'hôpital.

Jour de recueillement

Ce décès survient alors que la communauté de Kitigan Zibi devait célébrer un Powwow la fin de semaine dernière. Les célébrations ont été annulées par respect pour la victime.

Plusieurs dizaines de personnes ont assisté à une vigile en l'honneur de la victime, lundi, sur les lieux du drame.

La sœur de Bret-James Jerome, Christa Jerome, explique que la victime avait 18 ans et qu'il effectuait un retour aux études pour travailler dans le domaine de la construction.

« Il était aimé par beaucoup de gens. Nous avons une grande famille. Il était sociable, heureux et il adorait sourire. Il avait un bon sens de l'humour et il aimait les sports », explique-t-elle.

Bret-James Jerome avait quatre frères et deux sœurs. « Il était à la mauvaise place au mauvais moment. Il est parti trop tôt, trop jeune », ajoute Christa Jerome.

Avec les informations de Jérémie Bergeron

Plus d'articles

Commentaires