Retour

Meurtre de Jagtar Gill : l'ADN de l'accusée partout dans la maison de la victime

Le procès de deux présumés amants accusés de meurtre prémédité se poursuit au palais de justice d'Ottawa. Bhupinderpal Gill et sa collègue et présumée maîtresse Gurpreet Ronald auraient fomenté le meurtre de Jagtar Gill.

Un texte de Pascale-Marie Dufour

Mercredi, le jury a appris que l'ADN de Gurpreet Ronald a été trouvé à de multiples endroits sur la scène du crime.

Julie Dobler, spécialiste en identité judiciaire à la police d'Ottawa, a raconté à quel point la résidence de la victime a été fouillée minutieusement.

De nombreux couteaux de cuisine tachés de sang ont été rapidement saisis dans la cuisine.

Mais pendant neuf jours, les policiers ont fouillé chaque recoin de la maison familiale à la recherche d'indices pouvant les mettre sur la piste de l'assassin. Même les conduits d'aération ont été examinés à l'aide d'une caméra spéciale.

C'est lors de ces fouilles qu'une autre arme du crime aurait été découverte. Une barre de métal, utilisée pour soulever des haltères, était en effet cachée au sous-sol dans une boîte contenant un sapin de Noël artificiel.

Julie Dobler a raconté que cette découverte était une véritable surprise. Personne ne s'y attendait.

Les policiers ont saisi la barre de métal et l'ont remplacée par une barre en tout point semblable. Ils l'ont même tachée avec du sang d'agneau, avant de la cacher dans la boîte de sapin de Noël.

La police a également obtenu un mandat pour avoir le droit d'installer une caméra de surveillance à proximité de la boîte.

Cette caméra a capté des images de l'un des accusés, Bhupinderpal Gill, en train de vérifier la présence de la barre de métal à l'intérieur de la boîte à trois reprises, avant de finalement s'en emparer pour s'en départir dans un secteur boisé, 11 jours après le meurtre de sa conjointe.

Des photos qui ont capté ces moments-clés ont été présentées aux jurés mercredi.

L'ADN de l'accusée

Plusieurs éléments de preuve recueillis dans la résidence familiale ont été envoyés pour analyse au laboratoire judiciaire.

L'ADN de deux femmes a été découvert sur les couteaux saisis et un doigt provenant d'un gant de caoutchouc trouvé près du cadavre. Il s'agit de l'ADN de la victime, Jagtar Gill, et de la présumée maîtresse de son mari, Gurpreet Ronald.

L'ADN de l'accusée a également été retrouvé dans de nombreuses taches de sang au rez-de-chaussée, dans la cuisine, dans l'escalier, dans la chambre à coucher des maîtres et dans une salle de bain.

L'ADN de Gurpreet Ronald était aussi présent sur un couteau et des gants de caoutchouc, avec un doigt manquant, que l'accusée aurait abandonnés sur un terrain de la Commission de la capitale nationale (CCN).

Selon Julie Dobler, il n'existe qu'une probabilité sur un quadrillion pour que l'ADN associé à Gurpreet Ronald appartienne à quelqu'un d'autre.

Le procès se poursuit avec la diffusion de vidéos des recherches que la police a effectuées dans la résidence de Barrhaven.

Rappel des faits

Bhupinderpal Gill, un chauffeur d'autobus d'OC Transpo, et sa collègue et présumée maîtresse, Gurpreet Ronald, sont accusés d'avoir prémédité le meurtre de Jagtar Gill.

La mère de famille a été assassinée chez elle le matin du 29 janvier 2014. Elle avait 43 ans.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine