Retour

Meurtre de Thérèse Gauvreau : sa fille n'exclut pas « une éventuelle poursuite »

Après avoir pris connaissance du fait que le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) avait mis 30 minutes à se rendre sur les lieux de l'appel qui a mené à la découverte du corps inanimé de Thérèse Gauvreau, sa fille Lizette Gauvreau n'a pas écarté, mercredi, la possibilité de poursuivre les instances concernées.

« Je trouve ça triste, c'est une erreur humaine et c'est ma mère qui en est victime », a réagi Lizette Gauvreau. « C'est très malheureux de perdre sa maman dans ces circonstances-là ».

Le directeur du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) a admis, mardi après-midi, que des procédures n'auraient pas été suivies, la semaine dernière, lors des événements entourant le meurtre de Thérèse Gauvreau. Les policiers ont mis 30 minutes à se rendre sur les lieux de l'appel qui a mené à la découverte du corps inanimé de la dame de 83 ans. Ce délai d’intervention serait au-delà des normes.

« C'est trop tôt pour nous, on est dans notre deuil et puis il y a différentes étapes », a estimé Mme Gauvreau au sujet d'une éventuelle poursuite. « On est plus centrés sur ce qu'on a à vivre ».

Quand on aura toute l'information, la famille prendra une décision éclairée pour le bien-être de tout le monde.

Lizette Gauvreau, la fille de Thérèse Gauvreau

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a reconnu qu'il y a eu une « défaillance » lors de la gestion de l'appel au 911 fait par un voisin de Thérèse Gauvreau. ll a aussi admis que la Ville pourrait s'exposer à des poursuites, après le meurtre de l'octogénaire.

Les résultats de l'enquête interne de la police de Gatineau seront connus au mois de mai.

Avec les informations de la journaliste Estelle Côté-Sroka

Plus d'articles

Commentaires