Retour

MISE À JOUR - Les employés de la STO portant le chandail jaune s'exposent à des sanctions

La Société de transport de l'Outaouais (STO) pourrait aller jusqu'à suspendre les employés qui refusent de porter leur uniforme, arborant plutôt un chandail jaune. Elle a commencé, cette semaine, à envoyer des lettres avisant les chauffeurs et les employés d'entretien de leurs obligations à cet égard.

Depuis le 7 septembre, les membres du syndicat sont invités à porter un chandail jaune, arborant le message : « Nos conditions de travail se dégradent. » Il s'agit d'un moyen de pression pour dénoncer la façon dont se déroulent les négociations avec leur employeur.

Le syndicat soutient que la quasi-totalité des chauffeurs a reçu un avertissement de la STO, arguant que le port du chandail jaune contrevenait à la convention collective.

Le président du Syndicat uni du transport en Outaouais, Félix Gendron, soutient que toute mesure disciplinaire dans ce dossier sera contestée.

Pour la responsable des affaires publiques à la STO, Céline Gauthier, le port de l'uniforme est essentiel, notamment pour la clientèle.

La semaine dernière, les chauffeurs ont voté unanimement pour le retrait à la table de négociation. Le syndicat a ensuite envoyé un avis de différend à la ministre fédérale du Travail, MaryAnn Mihychuk.

Mme Mihychuk a nommé M.Michel Bibeau en tant que conciliateur, mercredi.

Avec les informations du journaliste Patrick Pilon

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un pilote frôle le sol





Rabais de la semaine