Retour

MISE À JOUR - Offre de soins en Outaouais : « le verre est en train de se remplir », dit Gaétan Barrette

Le ministre de la Santé du Québec, Gaétan Barrette, est de passage aujourd'hui dans la région, afin d'assister à l'inauguration de la Maison de naissances de l'Outaouais.

Annoncée il y a un an, cette nouvelle structure de soins, qui est destinée aux futures mamans, répond à un besoin grandissant, croit le ministre de la Santé.

« C'est un environnement qui est différent de celui de l'hôpital et c'est quelque chose qui est de plus en plus demandé », estime M. Barrette.

Selon lui, le fait qu'un tel projet voie le jour traduit bien la volonté du gouvernement de rapatrier dans la région une partie des soins dispensés en Ontario.

« On vise de faire en sorte que les gens aient accès à leurs services, lorsque c'est possible, en Outaouais », précise-t-il.

Il rappelle que traverser la frontière entre le Québec et l'Ontario est un choix que peuvent toujours faire les patients. Mais, selon lui, tout est mis en place pour s'assurer que l'offre soit présente en Outaouais et la situation va en s'améliorant.

« Le verre va se remplir progressivement [...] Maintenant, reste à la population à faire son choix », souligne M. Barrette.

Suffisamment de médecins

Un reportage de Radio-Canada a révélé que le temps d'attente aux urgences de l'Outaouais est de 3 h 18 en moyenne. C'est l'un des pires de toute la province.

Gaétan Barrette croit que le problème vient du choix de pratique des médecins. Selon lui, le ratio médecin/population est pratiquement atteint, ce qui signifie que l'Outaouais dispose de suffisamment de ressources médicales.

« Si toute la communauté médicale - et elle est en train de faire cette migration - se mettait en accès adapté et donnait le volume d'heures requis, comme c'est un peu plus le cas en Ontario, il n'y en aurait pas d'attente », indique le ministre de la Santé.

« Prenez l'exemple de la clinique de pédiatrie qui est près de l'hôpital de Gatineau. Ils ont fait ça. Les gens sont vus dans la journée. Ils ne vont plus attendre à l'urgence à partir du moment où ils savent qu'ils vont avoir une place », se félicite-t-il.

Si les médecins augmentaient leur nombre d'heures passées en clinique et déléguaient certaines tâches à des infirmières praticiennes, Gaétan Barrette est convaincu que d'ici le 31 décembre 2017, les délais d'attente aux urgences seraient résorbés.

Avec des informations de Claudine Richard

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine