Retour

Mise à jour - Retour d'une stratégie pour stimuler l’immigration francophone hors Québec

Le gouvernement fédéral relance une stratégie d'immigration abandonnée par son prédécesseur qui vise à favoriser l'installation de nouveaux arrivants francophones à l'extérieur du Québec.

Un texte de Catherine LoganTwitterCourriel

À partir du 1er juin 2016, les employeurs en situation minoritaire à l'extérieur du Québec qui embauchent des travailleurs francophones étrangers comme professionnels ou gestionnaires, ou encore pour des emplois techniques ou spécialisés, n'auront plus à effectuer le processus d'étude d'impact sur le marché du travail.

Les recruteurs ne seront donc plus tenus de démontrer qu'aucun Canadien ou résident permanent qualifié n'est disponible pour occuper le poste qui serait détenu par le travailleur étranger francophone.

Cette mesure remet en place la disposition principale du programme « Avantage significatif francophone » (ASF), aboli par le précédent gouvernement conservateur à l'automne 2014. L'abolition avait soulevé un tollé dans les communautés francophones du pays.

« Nous allons encourager les travailleurs qualifiés francophones à venir au Canada et à s'établir dans des collectivités à l'extérieur du Québec, ainsi qu'à présenter une demande de résidence permanente s'ils souhaitent rester », a expliqué John McCallum, ministre de l'Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, dans un communiqué.

Même son de cloche de la ministre du Patrimoine canadien Mélanie Joly, qui souligne que les communautés francophones en situation minoritaire enrichissent la diversité canadienne.

« Nous souhaitons que ces communautés s'épanouissent dans tout le pays, et l'immigration est un élément stratégique pour assurer leur vitalité et leur prospérité », a-t-elle renchéri.

Un pas dans la bonne direction, dit la FCFA

La Fédération des communautés francophones et acadiennes (FCFA) se réjouit de l'annonce du ministre McCallum.

Son ex-présidente Marie-France Kenny estimait que l'abolition du programme ASF avait enlevé aux communautés francophones minoritaires le seul outil dont elles disposaient pour obtenir des résultats tangibles concernant l'immigration de nouveaux francophones.

« Nous sommes très contents que le gouvernement relance cette initiative », a affirmé la présidente actuelle de la FCFA, Sylviane Lanthier, dans un communiqué, en ajoutant qu'il reste encore du travail à faire pour réparer les dommages causés par le retrait du programme ASF.

« Plusieurs travailleurs temporaires qui ont bénéficié de l'ASF ont eu et continuent d'avoir des difficultés considérables à rester au pays après sa disparition, et des communautés entières ont été déstabilisées », a souligné Mme Lanthier.

L'objectif du fédéral est d'assurer que, d'ici 2018, les nouveaux arrivants francophones représentent au moins 4 % de tous les immigrants économiques qui s'établissent à l'extérieur du Québec.

L'ensemble de l'immigration francophone hors Québec devrait totaliser 4,4 % d'ici 2023, selon le gouvernement.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine