Retour

Moins de commissions à la Ville de Gatineau… de meilleurs salaires pour les élus?

Le conseil municipal de Gatineau tente de donner un nouveau souffle à ses comités et ses commissions pour les rendre plus efficaces. En même temps, il essaie de régler un autre problème : celui du salaire des élus... mais les conseillers n'en parlent pas encore. Ils espèrent qu'ils pourront faire d'une pierre deux coups.

Lors des comités pléniers les mardis à la Ville de Gatineau, de nombreux sujets sont abordés par les élus. Parfois, il s'agit d'une simple présentation des fonctionnaires pour faire le point sur un dossier. D'autres fois, c'est pour permettre aux conseillers de débattre d'un enjeu.

Mardi dernier, un des points à l'ordre du jour a retenu mon attention : « Rencontre d'échanges - Comités et Commissions ». Après avoir regardé attentivement le document de la présentation, j'ai constaté qu'il s'agissait de mécanique.

On veut que ces comités et commissions jouent un rôle plus important pour une bonne gouvernance municipale. C'est-à-dire leur faire jouer un rôle plus stratégique et optimiser leur utilité, afin de mieux appuyer le conseil municipal dans sa prise de décision.

Même si nous, les journalistes, suivons avec attention la vie politique municipale, il est parfois difficile d'établir le rôle des comités et commissions dans tout ce processus.

Notamment parce la Ville de Gatineau diffuse rarement le résultat de ces discussions, mais aussi parce que les élus en font rarement allusion... à moins d'une controverse ou d'un débat musclé (surtout au Comité consultatif d'urbanisme).

Pour arriver à un meilleur fonctionnement, la Municipalité propose de réduire de 23 à 14 le nombre de comités et commissions.

Elle veut limiter le travail en silos pour qu'il y ait une meilleure collaboration entre les différentes commissions. Par exemple, la Commission des aînés ne traite pas seulement d'un programme qui touche les personnes âgées. On voudrait qu'elle ait son mot à dire à la Commission de l'habitation ou des loisirs, parce que ça les touche aussi... On appelle ça de la « transversalité ».

La Ville veut entendre les citoyens

Mardi dernier, en dévoilant cette nouvelle approche, Gatineau annonçait une tournée des cinq secteurs de la ville pour rencontrer les citoyens et les représentants d'organismes. On leur demandera ce qu'ils pensent de cette réforme, afin qu'ils se sentent bien représentés et entendus dans la nouvelle structure.

Pourtant, en début de mandat, le salaire des élus liés aux comités et commissions était le premier combat de ce conseil municipal.

Vers une plus grande parité des salaires

Rappelez-vous cette fronde historique des indépendants contre le maire Pedneaud-Jobin. Pour la première fois de l'histoire de la Ville, les nominations aux comités et commissions étaient contestées.

Les indépendants craignaient que le maire et son parti prennent contrôle de la Ville même si Action Gatineau était minoritaire.

La question du salaire des élus avait aussi été débattue. Voici les rémunérations actuelles liées aux nominations :

Le maire Pedneaud-Jobin et son parti proposaient des salaires égaux pour tous les conseillers, peu importe les responsabilités, pour éviter que des « chouchous du maire » soient récompensés financièrement pour leur loyauté.

Les élus ont refusé, prétextant que le salaire devait concorder avec les responsabilités.

À plusieurs reprises mardi dernier lors de la mêlée de presse, j'ai demandé : « Qu'arrive-t-il des salaires? » Le conseiller d'Action Gatineau Cédric Tessier et le président du conseil, Daniel Champagne, ont détourné la réponse, parce que le sujet est délicat.

Dans un conseil municipal réellement divisé, on tente le plus possible d'éviter les dossiers qui pourraient mener à plus de tension.

Même si on réduit le nombre de commissions, ce qui pourrait représenter une baisse significative de salaire pour les élus qui perdraient des présidences, on permettra à plus de conseillers de siéger à des comités et commissions.

Ceci mènerait à une plus grande parité salariale entre les élus.

Penser aux citoyens et aux futurs élus

Avec une nouvelle structure, on doit forcément revoir la façon dont sont rémunérés les élus, qui participent à ces commissions.

Si les citoyens et les élus sont d'accord avec les changements, Gatineau pourra sûrement profiter d'une plus grande efficacité dans ses comités et commissions - la fameuse « transversalité ».

Politiquement, l'idée d'amener à la table les deux dossiers en même temps est très stratégique.

Si certains conseillers sont d'accord pour rendre les comités et commissions plus efficaces, mais qu'ils ne cautionnent pas la nouvelle structure salariale, on pourrait leur reprocher de penser à eux plutôt qu'aux intérêts supérieurs des citoyens.

Le défi sera de respecter l'enveloppe budgétaire consacrée à leurs salaires, mais surtout, de mettre de côté la partisanerie, en pensant aux élus qui leur succéderont.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine