Une escouade antigaspillage alimentaire a profité de la fin des récoltes pour « glaner dans les champs ».

L'escouade, membre de la Table de concertation sur la faim et le développement social de l'Outaouais (TCFDSO), est allée dans un champ de courges pour récolter les légumes que le producteur n'a pas amassés. Les courges seront remises à des organismes de la région.

« Si on ne le fait pas, les légumes resteraient au champ et il serait gaspillé », explique la chargée de projet de l'escouade antigaspillage alimentaire, Cynthia Macameau.

Cette dernière s'occupe également de la sensibilisation sur le gaspillage, « un fléau ».

Ainsi, la TCFDSO conseille aux gens de bien organiser son frigidaire, puisque le gaspillage a « un impact sur toute la population ».

« Comment expliquer la surabondance alimentaire quand il y a des gens qui ont faim? », poursuit la chargée de projet.

Lorsque les gens gaspillent un aliment, ce n'est pas seulement celui-ci qui est perdu. « Gaspiller une carotte, c'est aussi gaspiller de l'eau et de l'engrais. »

Afin de sensibiliser les tout-petits, des ateliers ludiques et interactifs sont organisés dans les écoles. Trois « frigos antigaspi » sont aussi installés un peu partout sur le territoire de Gatineau, où les familles peuvent déposer leurs surplus, qui seront récupérés par des gens dans le besoin.

Les frigos sont installés à l'extérieur d'organismes communautaires, qui en assureront l'entretien.

Quiconque dispose de surplus alimentaires peut également aller les déposer et, ceux qui le désirent, peuvent s'y servir. Toutefois, afin d'éviter les intoxications alimentaires, les viandes, les fruits de mer, les restants de table et les contenants déjà ouverts ne sont pas acceptés.

Plus d'articles

Commentaires