Retour

Mont-Cascades : un plan d'expansion qui plaît à quelques résidents

Les projets d'expansion du Mont-Cascades suscitent de vives réactions parmi certains résidents de Cantley interrogés, aujourd'hui, par la Société Radio-Canada.

C'est le cas de Gérard Bélanger dont la maison est située à moins d'un kilomètre du site. M. Bélanger habite le secteur depuis cinq ans. Le projet l'enthousiasme et il est impatient de le voir se concrétiser.

Contrairement à d'autres résidents qui craignent l'achalandage que va provoquer ce mégaprojet de plusieurs millions de dollars, Gérard Bélanger, lui, est persuadé qu'il ne sera pas dérangé par le bruit.

« Ce développement-là ne sera pas sur mon terrain, soutient-il, il sera à proximité. Il y a déjà des activités pas très loin que ce soit au club de golf, au parc ou, ici, à Mont-Cascades. Ce n'est pas dérangeant pour moi. »

Son voisin, Alexis Buisson, qui habite à Cantley depuis une dizaine d'années, abonde dans le même sens.

Il reconnaît toutefois que ce sont les résidents dont la maison est située au bout de la rivière qui seront les plus importunés par le va-et-vient occasionné par le projet. « Peut-être que si j'habitais là, je n'aimerais pas voir ça beaucoup de trafic. »

M. Buisson espère surtout que la venue de ce projet incitera la municipalité à améliorer ses infrastructures. « Il y a beaucoup de trafic, ici, et on se promène encore sur des chemins de gravier. Si le nombre de résidents augmente, on aura peut-être un chemin d'asphalte. »

Développement de Cantley

Les revendications de M. Buisson ne sont pas tombées dans l'oreille d'une sourde. La mairesse de Cantley, Madeleine Brunette, est tout à fait consciente que la venue d'un tel projet nécessitera quelques ajustements.

La municipalité devra reconstruire certaines routes, améliorer le service d'incendie et aménager des infrastructures d'aqueduc et d'égout.

« Initialement, c'est la responsabilité du promoteur de construire les systèmes d'aqueduc et d'égout et de le mettre en marche, a-t-elle insisté. Mais, éventuellement, la Municipalité devra les prendre en main. »

Elle rappelle toutefois que le projet dans son ensemble ne verra pas le jour avant sept ou 10 ans. Son objectif en tant que première résidente de Cantley est de s'assurer que les dépenses de la Ville ne dépassent pas les retombées économiques engendrées.

Avec les informations de Michel-Denis Potvin

Plus d'articles

Commentaires