Retour

Mort d'un camionneur sur l'A-5 en février 2015 : un accident évitable, dit le coroner

Le coroner chargé de faire la lumière sur la mort du camionneur Rock Laurin, le 1er février 2015, à Gatineau, conclut qu'il s'agit d'un accident « qui aurait pu être évité ».

L'homme de 40 ans avait été partiellement éjecté de la cabine de son camion, après que la benne de celui-ci, qui était en position levée, eut percuté le haut d'un viaduc de l'autoroute 5. Le véhicule s'était ensuite renversé, écrasant M. Laurin sous son poids.

Dans son rapport d'investigation de trois pages, le coroner Guy Morissette indique que rien ne laisse croire à un bris mécanique de la benne.

« Il est permis de croire que la benne basculante est demeurée en position complètement relevée à la suite du transbordement de neige et que l'opérateur a vraisemblablement omis de la redescendre avant de s'engager sur la route », écrit-il.

Le docteur Morissette conclut plutôt que la fatigue et la présence de méthamphétamine dans le sang de la victime ont joué un rôle dans l'accident.

Il indique que M. Laurin avait travaillé de longues heures, sans prendre un repos suffisant, ce qui contrevenait au Règlement sur les heures de conduite et de repos des conducteurs de véhicules lourds.

Le docteur Morissette souligne également que M. Laurin utilisait son cellulaire au volant. Par ailleurs, la victime ne portait pas sa ceinture de sécurité.

La Commission de la santé et de la sécurité du Québec (CSST) a tiré des conclusions similaires dans son propre rapport d'enquête. L'organisme, maintenant appelé la CNESST, a conclu que l'état d'hypovigilance du chauffeur était à l'origine de l'accident.

La CSST a aussi blâmé l'employeur de la victime, Transport Dubé, pour avoir mal géré les heures de travail de M. Laurin.

Des recommandations pour éviter d'autres accidents

Le coroner Morissette formule des recommandations pour éviter qu'un accident mortel du même genre ne se reproduise.

Tout comme la CSST, il invite la Société d'assurance automobile du Québec (SAAQ) à se pencher sur l'installation d'un dispositif qui informerait le chauffeur lorsque la benne de son camion est en position levée.

M. Morissette souhaite aussi que les camionneurs québécois soient informés des dangers posés par l'utilisation de drogues stimulantes.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine