Retour

Mort d'un motocycliste à Gatineau : des proches inconsolables

Deux jours après la mort du motocycliste Patrice Carrière sur le boulevard Maloney, à Gatineau, des proches peinent à panser leurs plaies.

« C’est vraiment une partie de moi qui est partie », a raconté avec émotion la soeur de la victime, Marie-Lyse Legault.

Le jeune père de famille de 23 ans est mort samedi soir au volant de sa moto après une sortie de route. Pour ses proches, la nouvelle a été terrible.

« On s’attend pas un samedi soir recevoir un appel pour se faire dire que le petit gars le plus vivant du monde n’est plus là », a expliqué Mme Legault.

La douleur est toujours insupportable. « C'est un trou, un fils, ça fait mal », a poursuivi le beau-père de Patrice Carrière, Rémy Mongeon.

Sur les lieux de l’accident, un homme a tenu la main de Patrice Carrière pendant les sept dernières minutes de sa vie. Ce bon samaritain s'est avéré être un ancien enseignant de la victime.

« Le monsieur était là et on l’a remercié », a soutenu M. Mongeon.

Ses proches se souviennent d'un jeune homme qui avait un grand coeur et des projets plein la tête. Un passionné de moto.

« C'était un passionné fini, il aurait pu faire tellement de choses », a raconté M. Mongeon. « C’est dommage. »

Patrice Carrière laisse derrière lui une famille ébranlée et un petit garçon de trois ans, Lucas.

« Je me dis que Patrice continue à vivre à travers lui », soulève avec espoir Marie-Lyse. « Ce n’est pas pareil, mais c'est tout ce qui nous reste. »

Sur les lieux du drame, des fleurs et des peluches ont été déposés. L'enquête suit son cours pour déterminer les causes exactes de l'accident.

Avec les informations de la journaliste Florence Ngué-No

Plus d'articles

Commentaires