Retour

Nathalie Des Rosiers dans la continuité libérale

La candidate libérale dans Ottawa-Vanier, Nathalie Des Rosiers, est peut-être une novice en politique, mais elle ne manque pas de cran ni de détermination. Dans son porte-à-porte, elle aborde les citoyens sans ambages, un peu à l'image de la personne qui l'a beaucoup inspirée, sa prédécesseure Madeleine Meilleur.

Un texte de Angie Bonenfant

« Quand je dis aux gens que j'ai travaillé avec Mme Meilleur et que j'aimerais continuer comme elle, en général, l'accueil est assez positif! », indique celle qui est doyenne de la Faculté de droit, section de common law, à l'Université d'Ottawa, depuis 2013.

Mme Meilleur, qui a occupé le poste de procureur général de l'Ontario, jouit d'une bonne réputation dans la circonscription et laisse derrière elle un bel héritage, selon Mme Des Rosiers. La candidate compte suivre ses traces et son exemple.

« On a travaillé ensemble sur un dossier et on n'était pas du même côté », raconte Mme Des Rosiers. « En collaborant avec elle, j'ai vu combien des gens, qui étaient ouverts et qui voulaient bien résoudre les problèmes, c'est important en politique. »

Fatigue libérale?

Après 13 années au pouvoir, les libéraux de Kathleen Wynne ne font pas bonne figure dans les récents sondages. Mais ce n'est pas le cas dans Ottawa-Vanier, une circonscription sur laquelle ils ont la mainmise depuis 45 ans. Les libéraux ne sont toutefois pas à l'abri d'un revirement.

Pourquoi les résidents d'Ottawa-Vanier devraient-ils leur faire confiance, plutôt qu'à un André Marin du Parti conservateur ou un Claude Bisson du Nouveau Parti démocratique?

« Il n'y a pas beaucoup de choses dans les programmes électoraux de mes adversaires, mis à part quelques approches sur le dossier énergétique », soutient-elle.

Mme Des Rosiers rappelle que le gouvernement Wynne a mis en place un programme, qui aide les familles à moindre revenu à payer leur facture d'électricité.

Les priorités

Nathalie Des Rosiers soutient que les résidents d'Ottawa-Vanier sont plutôt préoccupés par les problèmes de transport, de logement, d'accès à l'éducation et de santé pour les personnes âgées.

La revitalisation du chemin Montréal fait aussi partie de leurs préoccupations.

C'est important d'avoir quelqu'un qui est à l'écoute des enjeux locaux et qui veut régler ces questions de façon concrète, affirme-t-elle.

Pour l'instant, Mme Des Rosiers refuse d'envisager la possibilité d'accéder au cabinet, même si bien des observateurs la voient dans un rôle de ministre. « Je travaille sur cette campagne-là », dit-elle. « Je prends une journée à la fois. »

« J'aime beaucoup rencontrer les gens, c'est quelque chose qui me plaît beaucoup. Il y a une grande fierté à Ottawa-Vanier, c'est une belle communauté. Peu importe les responsabilités que j'aurai, je continuerai de me définir premièrement comme la députée d'Ottawa-Vanier », conclut-elle.

Plus d'articles