Retour

Navettes du Bal de neige : « Il n’y a pas de plan B »

La Société de transport de l'Outaouais (STO) n'entend pas recourir à une solution de rechange pour éviter l'annulation de ses navettes gratuites pour transporter les usagers lors du Bal de neige.

Le président du conseil d’administration de la STO, Gilles Carpentier, a réagi, mercredi matin, à l’annonce faite la veille. Il a souligné que la mesure découlait des moyens de pression des syndiqués, qui refusent de faire des heures supplémentaires.

On est devant le fait accompli. Et le choix de la STO, c’est de ne pas embaucher de travailleurs de remplacement par respect pour le droit des syndiqués.

Gilles Carpentier, président du C.A. de la STO

C’est quelque 35 000 personnes qui ne pourront profiter du service, déplore le président.

OC Transpo maintiendra pour sa part son service de navettes, mais seulement sur la rive ontarienne. Le parc Jacques-Cartier se retrouvera donc en quelque sorte isolé des autres sites du Bal de neige.

Un retour aux négociations

Entre-temps, les deux parties poursuivent leurs négociations. M. Carpentier, qui se dit encouragé, précise que 13 séances sont à l’horaire et que d’autres pourraient être ajoutées au besoin.

« Je salue la patience des usagers. Ce n’est pas facile. On annule beaucoup de lignes jour après jour », a-t-il souligné.

Il a par ailleurs réitéré la confiance du C.A. envers l’équipe de négociations de la STO.

Des affaires d’or pour les propriétaires d'espaces de stationnement?

L’annulation des navettes de la STO ne fait pas que des malheureux. Les propriétaires d'espaces de stationnement pourraient augmenter leurs profits, puisque la voiture sera fort probablement le plan B des familles qui pensaient prendre l’autobus.

« C’est avantageux pour nous puisque nous avons de grands stationnements », croit Georges Najm, gérant d'un dépanneur. « C’est commun ici dans le quartier de faire compétition pour le stationnement ».

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les plus beaux hôtels écologiques du monde