Retour

Nicholas Hoag fier de la performance du Canada en Ligue mondiale de volleyball

L'équipe canadienne de volleyball masculin a signé une victoire historique en remportant la médaille de bronze en Ligue mondiale, samedi au Brésil. De retour au pays, Nicholas Hoag a encore peine à y croire.

Un texte de Kim Vallière

« Ç’a pris un peu de temps avant de me rentrer dans la tête. Troisième au monde, c’est quand même quelque chose d’assez impressionnant pour l’équipe », raconte le résident de Gatineau, où la formation s’entraîne.

Les volleyeurs canadiens ont battu les Américains 18-25, 25-20, 25-22 et 25-21 pour obtenir le meilleur résultat de l’histoire du pays. Le Canada était classé huitième au monde, tandis que les Américains se pointaient au deuxième rang.

Cet exploit s'ajoute à la cinquième position des Canadiens aux Jeux olympiques de Rio, après une absence de 24 ans.

« Depuis les Olympiques, on joue de grosses équipes et on obtient de bons résultats. Maintenant, on a la confiance de savoir qu’on peut compétitionner contre les meilleures équipes au monde », mentionne Hoag, qui ne se gêne pas pour établir des objectifs élevés pour le futur.

La troisième place en Ligue mondiale a de quoi rassurer après le départ de deux composantes importantes de l’équipe. En octobre dernier, Gavin Schmitt, un des meilleurs attaquants sur la planète, a annoncé qu’il se retirait de l’équipe nationale.

« C’est sûr que Gavin Schmitt, c’est un gros morceau. Qu’on soit capable d’aller chercher la première médaille sans lui, c’est assez impressionnant et on voit que le volleyball progresse beaucoup au Canada », souligne Hoag, qui cite en exemple Sharone Vernon-Evans pour expliquer les succès de la formation canadienne.

Le joueur de centre de 18 ans a remplacé Schmitt lors du tournoi au Brésil. La recrue a marqué 10 points et représente un bel espoir en vue des prochains Jeux olympiques.

L’entraîneur Glenn Hoag - le père de Nicholas - a aussi cédé les rênes de l’équipe à Stéphane Antiga, après dix ans aux commandes.

« Que l’on voie des résultats dès la première année avec lui, c’est prometteur pour le futur. Comme Glenn reste aussi comme consultant, ce sont les gens qui vont nous permettre de progresser », explique le cadet des Hoag.

La France et le Brésil, les bêtes noires du Canada

Le Canada semble avoir trouvé la recette pour battre les États-Unis récemment en Ligue mondiale et aux Jeux olympiques de Rio. L’histoire est différente contre d’autres puissances mondiales en volleyball, comme la France et le Brésil, les deux équipes qui se sont affrontées en finale de la Ligue mondiale.

« On a toujours de la difficulté à les battre parce que leur volleyball est de haut niveau. Ils défendent beaucoup de ballons et ils sont capables d’attaquer vite et efficacement. On a de la misère à s’ajuster, mais on est là. On joue de mieux en mieux contre eux. Ce sont les équipes qu’on doit battre au cours des prochaines années », mentionne l’athlète de 24 ans.

L’équipe canadienne participera au tournoi Jerzy Wagner en Pologne au mois d’août, aux côtés du pays hôte, de la France et de la Russie. Une compétition amicale pour se préparer avant les qualifications pour le Championnat du monde, qui auront lieu en septembre à Denver, aux États-Unis.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine