Retour

Nouveau Guertin : Denise Laferrière perd sur toute la ligne

L'ex-conseillère municipale du district de Hull-Wright, Denise Laferrière, a perdu sa cause l'opposant à la Ville de Gatineau et au gouvernement du Québec. Mme Laferrière affirmait que la Municipalité aurait dû aller en appel d'offres pour le projet de construction d'un nouvel aréna pour les Olympiques.

« Il ne reste plus d'obstacles devant nous dans le dossier de l'amphithéâtre de 4000 sièges à la Cité et on en est très heureux », a annoncé le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, vendredi après-midi.

« Pour moi, ce qu'on a proposé, c'est un modèle qui du point de vue du citoyen, du contribuable, des enfants va faire école au Québec dans la gestion des équipes sportives », a tenu à souligner M. Pedneaud-Jobin.

En mars, les avocats de la Ville de Gatineau et du gouvernement du Québec avaient défendu la validité de la loi 227 devant la juge Carole Thérrien.

Denise Laferrière tourne la page

L'ancienne conseillère municipale contestait cette loi privée, adoptée par l'Assemblée nationale, parce qu'elle contrevenait à la Loi sur les cités et villes en permettant à la Municipalité de conclure une entente de gré à gré avec Vision Multisports Outaouais inc. (VMSO), sans passer par appels d'offre pour la gestion de la construction de la nouvelle maison des Olympiques et d'autres patinoires communautaires.

Elle soutenait qu'une loi privée ne pouvait avoir préséance sur une loi du gouvernement. Elle était également d'avis que le référendum municipal sur le projet du nouveau Guertin n'avait pas été fait dans les règles.

La cour a rejeté tous ces arguments.

Mme Laferrière a réagi en après-midi en indiquant qu'elle acceptait la décision du tribunal. L'ex-élue a déclaré être allée « au bout de l'histoire » comme elle le souhaitait. Elle a également indiqué vouloir tourner la page.

Le conseiller du Manoir-des-Trembles-Val-Tétreau, Jocelyn Blondin, qui avait apporté son soutien à Mme Laferrière, s'est quant à lui déclaré « déçu » de la décision de la juge Thérrien.

« Je félicite [Mme Laferrière] du travail qu'elle a fait là-dedans [...] Le projet va devoir aller de l'avant, je n'ai pas l'intention de bloquer quoi que ce soit », a-t-il néanmoins déclaré.

Le projet ira de l'avant

Le maire s'est félicité du jugement de la Cour supérieure et a réitéré que le projet suivrait son cours. En entrevue à l'émission Sur le Vif, M. Pedneaud-Jobin a indiqué que la requête de Denise Laferrière n'a pas eu de conséquences sur l'échéancier du projet et que l'ouverture était toujours prévue en 2020. Entretemps, il a confirmé que la Ville va maintenir l'aréna Guertin jusqu'à l'ouverture du nouvel amphithéâtre.

« Aujourd'hui, c'est un projet très important qui se concrétise. C'est un projet qui démontre un nouveau modèle au niveau des municipalités. Encore une fois, la Ville de Gatineau a été tout à fait novatrice dans sa façon de faire et je suis tout à fait heureux d'avoir contribué à cette décision-là », s'est réjoui le président du conseil municipal, Daniel Champagne.

La direction des Olympiques de Gatineau a aussi bien reçu la nouvelle vendredi après-midi. « Nous sommes heureux de cette nouvelle concernant le rejet de la déclaration de nullité intentée par Mme Laferrière. Bien qu'il y ait encore possibilité que cette décision soit portée en appel, la nouvelle d'aujourd'hui est un autre pas dans la bonne direction [...] », a indiqué le président de l'équipe, Martin Lacasse, par voie de communiqué.

La poursuite de Denise Laferrière a coûté 65 000 $ aux contribuables de Gatineau.

Avec les informations de Jérémie Bergeron

Plus d'articles

Vidéo du jour


Trop mignons ces animaux qui font dodo





Rabais de la semaine