Retour

Oiseaux morts : la Ville d'Ottawa cherche des solutions permanentes

La découverte d'une trentaine de jaseurs boréaux morts après avoir heurté une passerelle vitrée de l'hôtel de ville d'Ottawa force la municipalité à temporairement recouvrir celle-ci.

Dimanche, des employés municipaux ont installé de grandes feuilles de papier rendant plus opaque la surface transparente.

Malgré cette mesure, plusieurs revendiquent des solutions permanentes. C'est le cas du conseiller municipal David Chernushenko qui souhaite encourager la vile à adopter des règles à long terme pour ses propres édifices et les nouvelles constructions.

David Chernushenko ajoute qu'Ottawa devrait travailler en collaboration avec l'industrie de la construction pour établir de nouveaux règlements.

Sa collègue Catherine McKenney estime que la Ville ne doit pas attendre pour agir.

« Il faut agir maintenant, c'est le printemps et c'est à ce moment que les oiseaux migrent », indique-t-elle.

Problème connu

L'organisme Ailes en sûreté avait déjà averti Ottawa que la passerelle vitrée qui relie l'aile moderne à l'édifice historique de l'hôtel de ville est dangereuse pour les oiseaux.

Une telle situation s'est produite en 2013 et des collants transparents avaient été collés aux fenêtres, mais ils n'ont pas empêché des dizaines d'autres oiseaux de mourir depuis.

La coordonnatrice d'Ailes en sûreté, Anouk Hoederman, veut sensibiliser un maximum de personnes.

« Ça serait bien que plus de gens sachent que c'est un problème, j'estime qu'environ 500 000 oiseaux meurent chaque année à Ottawa en entrant en collision avec des édifices », dit-elle.

Avec les informations de la journaliste Catherine Lanthier

Plus d'articles

Commentaires