Ce n'est pas un secret : l'industrie du cinéma et de la télévision de l'Outaouais est plutôt modeste. Il y a peu de grandes productions qui choisissent la région, notamment en raison du manque de main d'oeuvre qualifiée.

Un texte de Julien Morissette, à l'émission Les malins plaisirs

C'est encore le paradoxe de l'oeuf et de la poule. Les producteurs ne tournent pas dans la région, car il n'y a pas d'artisans... et les artisans quittent, car il n'y a pas de demande. C'est pour cette raison que le perchiste et preneur de son Olivier Houde a quitté son Outaouais natal pour s'établir à Montréal.

Même si l'Outaouais est un petit marché, Olivier souhaite participer aux productions locales pour développer cette industrie. C'est pour cette raison qu'il en est à sa deuxième collaboration avec le magicien et animateur gatinois Daniel Coutu, en production pour la nouvelle série Science ou magie.

Le preneur de son fait régulièrement la navette entre Montréal et Gatineau pour travailler - ce fut le cas lors de la production de Par ici la magie. Après avoir tourné en Europe, aux États-Unis et dans presque toutes les provinces canadiennes, le Gatinois n'a pas peur de faire beaucoup de route pour exercer son métier.

Du studio au plateau

Olivier Houde se passionne pour le son, que ce soit à titre de musicien, de technicien de son, de DJ, de preneur de son ou de perchiste. Après des études au baccalauréat en musique électroacoustique à l'Université de Montréal, le jeune Gatinois a décidé de s'éloigner de la solitude du studio pour retrouver l'esprit de groupe des plateaux de tournage.

« En plus que ce soit difficile en post-production lorsque tu n'as pas de contact, je trouvais ça long de travailler seul chez moi, en studio. Je suis quelqu'un d'assez people! Donc, j'ai commencé à faire des contrats gratuits à Kino et pour d'autres preneurs de son », explique-t-il.

L'importance du son

En tant que preneur de son et perchiste, Olivier s'occupe de tout ce qui a rapport au son, comme les microphones, les ambiances, l'acoustique des lieux et l'enregistrement. Le plus important dans tout ça : bien capter les dialogues.

Alors que dans le passé, le son était plutôt négligé, les nouvelles manières de produire obligent les artisans du cinéma et de la télévision à porter une attention particulière à cette composante. Il reste cependant du travail de conscientisation à faire car le rêve le plus fou d'Olivier Houde est que tous les membres de son équipe portent un casque d'écoute afin d'être plus sensibles à ce métier essentiel sur les plateaux de tournage. 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine