Au moins deux groupes essaient de convaincre les citoyens d'Ottawa de voter stratégiquement, le 19 octobre prochain, afin de défaire les élus conservateurs sortants dans quelques circonscriptions clefs, dont celle d'Orléans, dans l'est d'Ottawa.

Roger Clark est un membre du groupe Votez bien à Orléans 2015, qui s'est donné pour objectif de défaire le parti de Stephen Harper lors du scrutin de cet automne.
Son objectif est de convaincre chaque électeur de voter stratégiquement afin d'éviter la division du vote de l'opposition.

« On demande aux gens de voter pour le candidat qui a le plus de chances de battre celui qui est en place actuellement : Royal Galipeau », affirme sans sourciller M. Clark.

Le candidat libéral d'Orléans, Andrew Leslie, ne compte pas seulement sur ce groupe pour ravir le siège de M. Galipeau, mais il reconnaît que c'est un coup de pouce utile.

« Je pense que, oui, peut-être que ça va m'aider, mais ce n'est pas une garantie. Comme j'ai dit, on doit travailler plus fort, rencontrer plus de gens », affirme l'ancien militaire.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) présente pour sa part une candidate inexpérimentée dans cette circonscription, qui a été représentée à tour de rôle par un libéral ou un conservateur, mais jamais encore par un député néo-démocrate.

« Cette année c'est très différent, le monde à qui je parle considère le NPD pour la première fois. Des conservateurs et des libéraux considèrent voter pour le NPD », se réjouit-elle.

Tout cela n'émeut pas particulièrement Royal Galipeau, qui représente Orléans depuis 2006.

« La tradition d'Orléans est difficile pour la formation politique que je représente, mais je pense que les gens voient plus que cela. Ils reconnaissent qu'ils voient devant eux quelqu'un qui a été actif sur le terrain toute une vie », précise le député sortant.

Plus d'articles

Commentaires