Retour

Ottawa cherche un nouvel emplacement pour la fête du Canada

Le gouvernement fédéral est à la recherche d'un nouvel emplacement pour les célébrations de la fête du Canada dans la capitale nationale.

Quelques entreprises triées sur le volet ont été invitées à proposer un nouvel emplacement près de la colline du Parlement pouvant accueillir les festivités du 1er juillet organisées par le gouvernement fédéral.

Tout cela en prévision de la fermeture en 2018 de l'édifice du centre du parlement pour une décennie de rénovations.

Durant cette période, il sera impossible de célébrer la fête nationale sur la colline du Parlement, événement qui attire chaque année des milliers de personnes dans le centre-ville d'Ottawa.

Selon l'appel d'offres gouvernemental, le projet devrait coûter 30 000 $, le rapport final et les recommandations devant être remis au ministère du Patrimoine en janvier. Le gouvernement affirme qu'il est essentiel de trouver rapidement une solution à ce problème.

Le document, dont La Presse Canadienne a obtenu copie en vertu de la Loi sur l'accès à l'information, précise que le nouvel emplacement devra permettre au public de vivre une expérience optimale à l'occasion du 1er juillet et d'autres fêtes.

L'emplacement doit également être situé entre les deux ponts qui relient la capitale et Gatineau, soit le pont Alexandra à l'est et le pont des Chaudières à l'ouest, ce qui signifie que les célébrations ne s'éloigneront pas trop de la colline du Parlement et continueront de se dérouler sur le bord de la rivière des Outaouais.

Trouver un autre lieu pour souligner la fête du Canada, et possiblement d'autres événements organisés dans la capitale en plein coeur de l'hiver, veut aussi dire chercher une autre aire de lancement pour les traditionnels feux d'artifice du 1er juillet.

Ces feux sont habituellement lancés à partir de la pointe Nepean, un espace vert situé sur les rives de la rivière des Outaouais à l'est du parlement et tout près du Musée des beaux-arts du Canada.

La pointe fera elle-même l'objet de travaux en même temps que l'édifice central, ce qui oblige le fédéral à déplacer l'aire de lancement des feux d'artifice.

Ce changement est une bonne nouvelle pour le Musée, qui le réclame depuis des années parce que l'activité représente un risque de danger pour le bâtiment et la précieuse collection d'oeuvres d'art canadiennes qu'il abrite.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine