Retour

Ottawa dans la mire de l’entreprise de covoiturage Lyft

L'entreprise américaine de covoiturage Lyft, grande concurrente d’Uber, confirme qu’elle souhaite faire des affaires dans la capitale canadienne, quelques mois après avoir annoncé qu’elle s’attaquait au marché torontois.

Fondée en 2012 et basée à San Francisco, l’entreprise dit être la compagnie de transport sur demande qui connaît la plus importante croissance aux États-Unis.

« La demande est incroyable, et c’est l’une des raisons pour lesquelles nous voulions choisir Ottawa pour poursuivre notre implantation au Canada », estime le directeur général de Lyft Canada, Aaron Zifkin.

L’entreprise a lancé son programme de recrutement de chauffeur dans la capitale nationale lundi. M. Zifkin précise que les antécédents des chauffeurs qui s’inscrivent seront vérifiés avant de leur donner le feu vert. Le directeur général de Lyft Canada souligne aussi que le service sera opérationnel dans les prochaines semaines.

Des discussions en cours depuis 2017

Lyft fonctionne de la même façon qu’Uber : les usagers téléchargent une application sur leur téléphone intelligent, qui leur permet de demander un service de transport.

L’application permet aux usagers de suivre le trajet en temps réel du véhicule qui vient les chercher. Les paiements, incluant le pourboire, se font à l’aide de l’application. Comme avec Uber, les usagers peuvent ensuite évaluer le conducteur.

Les similitudes avec Uber ne s’arrêtent pas là, car certains chauffeurs de taxi rencontrés par Radio-Canada sont fort contrariés par l’arrivée d’un nouveau service de covoiturage.

« Je crois que la compétition sera plus contre Uber que les taxis parce que le monde qui veut utiliser un service comme Uber ou Lyft va utiliser ce service-là. Les gens qui préfèrent le taxi […] vont continuer à utiliser le taxi », croit toutefois le conseiller municipal d’Orléans, Bob Monette.

Le personnel de la Ville d’Ottawa a rencontré des représentants de la compagnie en novembre afin de discuter de l’arrivée du service dans la ville.

Lyft pourait devenir la deuxième compagnie importante à obtenir un permis en vertu du règlement sur les exploitants de transport privé de la Ville d’Ottawa, qui encadre les compagnies comme Uber qui utilise des applications pour téléphone intelligent.

Par ailleurs, les fonctionnaires municipaux souhaitent rencontrer des représentants de l’industrie du taxi afin de discuter des conséquences de l’arrivée de ces compagnies sur les chauffeurs de taxi traditionnels.

Avec les informations de Gilles Taillon

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce garçon se fait prendre par le reste de sa famille!





Rabais de la semaine