Retour

Ottawa : le marché de l'habitation devrait reprendre du poil de la bête en 2016

La Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) prévoit que le nombre de mises en chantier d'habitations augmentera légèrement en 2016, dans la capitale nationale.

Les experts de la SCHL préviennent néanmoins qu'il ne faut pas s'attendre à une envolée des mises en chantier, en raison du repli de la construction de logements destinés à la copropriété.

« En 2016, la demande de logements devrait être soutenue à Ottawa, car les emplois et les revenus augmentent. Les faibles taux hypothécaires et une modeste hausse des prix continueront de stimuler la demande de logements situés dans des bâtiments de faible hauteur cette année et l'an prochain », indique Anne-Marie Shaker, analyste de marché à la SCHL.

Cette dernière avance qu'en 2017, la demande de logements risque d'être affectée par une augmentation plus importante des prix et par une remontée des taux hypothécaires.

Plafonnement pour les condominiums

Si le nombre de mises en chantiers doit légèrement augmenter l'an prochain, cette croissance ne profitera pas à tous les secteurs. La SCHL estime que le secteur des condominiums plafonne et ajoute que les mises en chantier chuteront avec un surplus d'inventaires de plus de 550 unités.

Déjà en 2015 la baisse de mises en chantier se fait remarquer.

« Une telle conjoncture dans le secteur des condos ne plaît pas aux courtiers qui doivent être patients avec leurs clients vendeurs. Il faut attendre en moyenne 5 mois pour vendre un condo dans le marché d'Ottawa », explique Anne-Marie Shaker.

Les courtiers immobiliers ne voient cependant pas tout en noir. C'est le cas de Sylvie Bégin qui œuvre dans le secteur d'Orléans.

« Le délai de vente est encore plus long pour la revente d'une maison, soit environ huit mois. La SCHL prévoit néanmoins une hausse d'environ trois et demi pourcent pour les transactions dans ce secteur, ce qui est par contre plus faible que l'an dernier », dit-elle.

Pour l'ensemble de l'Ontario, les économistes de la SCHL s'attendent à un ralentissement du marché, en raison de la hausse continue des frais liés à la possession d'un logement.

Plus d'articles

Commentaires