Retour

Ottawa-Vanier : retour sur une campagne calme et discrète

Lundi, les résidents d'Ottawa-Vanier sont appelés aux urnes pour élire leur prochain représentant à la Chambre des communes. La campagne électorale n'a pas soulevé les passions ni suscité beaucoup d'intérêt. Ce sera l'heure des choix, mais à la fin du dépouillement, on ne s'attend pas à un coup de théâtre.

Un texte d'Angie Bonenfant

De l'avis de plusieurs experts, même s'il n'y a rien d'acquis, la candidate libérale part largement favorite.

Une bataille entre deux candidates?

« Je ne crois pas qu'il y ait de vote stratégique, à ce moment-ci », soutient Pierre Martel, professeur à l'École d'études politiques de l'Université d'Ottawa.

« Tout va se jouer au niveau des politiques sociales et économiques qui favorisent le plus les classes moins aisées et moyennes. »

« Le Parti libéral propose au niveau national et au niveau local des politiques qui sont davantage adaptées et qui répondent à l'ensemble du profil sociodémographique de la circonscription », poursuit le professeur. « À mon avis, étant donné l'enracinement historique du Parti libéral, [Mme Fortier] a une longueur d'avance. »

« Dans une élection partielle, c'est toujours une question d'organisation et je crois que le PLC a une organisation qui va faciliter la réélection de la candidate libérale », croit Pierre Martel.

Retour sur la campagne

Que doit-on retenir de cette campagne électorale, 44 jours plus tard? « Ç'a été assez tranquille. Il n'y a pas eu de grands enjeux pour mobiliser la population. Il n'y a pas eu de grands débats », a résumé Pierre Jury, éditorialiste au quotidien Le Droit d'Ottawa.

« Même le dépôt d’un budget assez controversé où le gouvernement Trudeau perpétue un très gros déficit n'a pas été quelque chose qui a soulevé les passions. »

« S'il y a une question qui a fait parler la population, qui a été soulevée par les citoyens eux-mêmes, c'est bien la question de la réforme électorale », a indiqué Pierre Jury. « Les gens ont soulevé ça eux-mêmes et c'est venu du plancher lors de rencontres de citoyens. »

Cet engagement non respecté du gouvernement Trudeau a été un thème récurrent de la campagne. La candidate néo-démocrate Émilie Taman en a fait son cheval de bataille, tandis que la candidate libérale Mona Fortier a eu la lourde tâche de justifier la volte-face de son gouvernement.

Le bilinguisme

La circonscription d'Ottawa-Vanier est un château fort de la francophonie et la communauté s’attend à être desservie par un élu qui les représente. L'unilinguisme du candidat conservateur Adrian Papara a beaucoup fait jaser, a rappelé Pierre Jury.

« Dès le départ, il a été désavantagé en termes de pouvoir courtiser l'électorat francophone dans sa langue », a soutenu Pierre Martel. « [De plus], son programme veut surtout obliger le gouvernement à rendre des comptes et à diminuer les impôts. Je ne crois pas que ce message soit ce qui va résonner le plus auprès de l'électorat. »

Mona Fortier et Émilie Taman sont toutes les deux bilingues. La candidate du Parti vert, Nira Dookeran se débrouille un peu dans la langue de Molière.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine