Retour

Ottawa vs Montréal : qui aura le plus gros party l'an prochain?

Montréal et son 375e anniversaire a l'audace de venir chez nous, à Ottawa, pour nous vendre « la fête la plus bruyante » de l'hémisphère l'an prochain. Ottawa 2017 prétend de son côté qu'elle sera l'épicentre au pays du 150e anniversaire de la Confédération canadienne.

Qui gagnera la chasse aux touristes? Y a-t-il une concurrence féroce entre les deux villes pour faire le plein de retombées économiques? Pas du tout affirment les protagonistes : il y en aura pour tout le monde et même plus.

La capitale « européenne » et la capitale canadienne

Montréal profite déjà d'une image « européenne », de son caractère « latin », sans parler des atouts d'une métropole où il fait bon vivre et fêter, jusqu'aux petites heures de la nuit.

Les festivals déjà existants - comme l’Igloofest - bénéficieront d’ailleurs d’un coup de pouce en 2017.

La Société des célébrations du 375e anniversaire de Montréal promet aussi quelques évènements spectaculaires - comme des marionnettes géantes - l'illumination de certains de ses attraits - comme le pont Jacques-Cartier - et de nombreuses fêtes de quartier.

La Société du 375e parle de 175 évènements, liés au 375e anniversaire et ça commence bientôt.

Pierre Bellerose, vice-président, Tourisme Montréal

Ottawa veut plutôt changer son image de ville tranquille, qui s'éteint après la fermeture des bureaux gouvernementaux.

La capitale veut convaincre que ce sera dans sa région qu’aura lieu la fête la plus grande et la plus spectaculaire.

Nous allons réaliser, nous allons produire près de 170 évènements majeurs.

Guy Laflamme, directeur général, Ottawa 2017

Ainsi, la finale du Red Bull Crashed Ice dans les écluses, l’araignée géante et le dragon cracheur de feu de La Machine, un spectacle son et lumière dans une station du futur train léger sont au programme, à quoi s’ajoutent là aussi de nombreuses fêtes de quartier - y compris à Gatineau.

Des millions pour la promotion

Question budget, les deux grandes villes ne se battent pas à armes égales pour séduire.

Montréal dispose d'un budget total de 110 millions de dollars pour ses festivités.

Tourisme Montréal dépensera en plus 10 millions de dollars pour sa campagne à l'intention des visiteurs provenant d'Ottawa, de Toronto et de New York.

De son côté, le budget d'Ottawa est de 40 millions de dollars pour les évènements.

Mais en forçant un peu, en ajoutant les évènements qui sont financés par le gouvernement fédéral dans la région, il y aura presque le double de fonds.

« Je crois que ce n'est pas exagéré de dire que notre offre globale, pour le 150e, sera de l'ordre de 70-75 à millions de dollars », précise le directeur général d’Ottawa 2017, Guy Laflamme.

Pour ce qui est de la promotion à l'extérieur, surtout à Toronto, Ottawa 2017 dispose de quelques millions.

« On a accueilli, on a rencontré des centaines de journalistes. J'étais à Montréal récemment », rapporte M. Laflamme. « Le Chicago Tribune a publié cet article à la une de son cahier voyage. […] Nous avons même sécurisé des placements à l'intérieur du Bye Bye. »

L'Outaouais vise Montréal

Tourisme Outaouais, de son côté, vise directement le marché francophone de Montréal.

L'organisme compte surtout sur les grandes expositions - comme MosaïCanada, le spectacle Volta du Cirque du Soleil et sur le Musée canadien de l'histoire - pour attirer les visiteurs dans la région.

« On met à peu près un million », précise la directrice de Tourisme Outaouais, France Bélisle. « Par contre, cette année, on a un MosaïCanada qui lui aussi a de l'argent en marketing. […] Il va y avoir 600 gros [panneaux] répartis à travers le pays. Il va y avoir une campagne média nationale. »

Assez de retombées pour tout le monde

Qui donc réussira à aller chercher le plus de touristes, ceux par qui les retombées économiques importantes arrivent?

Montréal croit qu'elle en attirera de 10 à 11 millions en 2017. Ottawa vise les 9 à 10 millions.

Ce sera la fête pour tout le monde assure Tourisme Montréal. « Ça va continuer d'être un marché en croissance », soutient Pierre Bellerose.

Avec cette animation-là, on va faire parler de nous plus à l'étranger. Ça va attirer plus de gens au Canada et c'est ca qu'on veut.

Pierre Bellerose, vice-président, Tourisme Montréal

« On veut plus d'argent de l'étranger, hors Canada, et les gens, soit ils vont faire les deux. […] Je n'ai pas l'impression qu'aucune des villes va être perdantes », soutient-il.

Concurrence ou pas, Ottawa semble avoir une longueur d'avance pour accroître sa part de marché, sur papier en tout cas.

La capitale espère ainsi attirer 1,75 million de touristes de plus en 2017, soit 2 à 3 fois plus que l'objectif que se fixe Montréal.

Plus d'articles

Commentaires