Retour

Outil de traduction au fédéral : un professeur de l'U d'O se dit victime d'intimidation

Une lettre dont Radio-Canada a obtenu copie est perçue comme une tentative d'intimidation par un professeur de l'Université d'Ottawa.

Le professeur de traduction Charles Le Blanc a publiquement demandé la démission de Donna Achimov, la PDG du Bureau de la traduction, la semaine dernière. Celle-ci n'a pas tardé à se faire entendre par les patrons du professeur et un très haut placé au gouvernement.

« J'ai le droit comme professeur d'université de dire mon point de vue sur les matières qui dépendent de mes compétences », soutient M. Le Blanc.

Le professeur s'est prononcé à plusieurs reprises sur le controversé outil de traduction automatique du Bureau de la traduction, qui sera bientôt accessible à tous les fonctionnaires fédéraux.

Après la comparution de la PDG du Bureau de la traduction devant le comité des langues officielles, Charles Le Blanc a demandé sa démission, jugeant son approche trop axée sur la rentabilité, en faisant la promotion d'un outil imparfait.

Dans un courriel obtenu par Radio-Canada, Donna Achimov fait part de sa désapprobation à la directrice de l'École de traduction de l'Université d'Ottawa, Luise Von Flotow.

Ce qui surprend encore plus Charles Le Blanc, c'est que non seulement le doyen de la Faculté des arts y est mis en copie, mais aussi le sous-ministre de la sécurité publique François Guimont.

Le Bureau de la traduction affirme lui avoir transmis ce message puisqu'il est aussi sous-ministre champion de l'Université d'Ottawa, un rôle qui vise à renforcer les relations entre le gouvernement et les universités.

« Je ne vois pas du tout quel rapport et quel lien il peut avoir avec ma prise de position publique », se questionne le professeur.

Dans cette lettre, Donna Achimov défend l'utilisation de technologies langagières et elle souhaite rencontrer les étudiants et membres de la Faculté pour discuter des réalités du monde d'aujourd'hui. Mme Achimov souligne au passage des erreurs factuelles du professeur Le Blanc.

Dans un autre courriel que nous avons obtenu, la directrice de l'école de traduction, Luise Von Flotow, s'excuse auprès de Donna Achimov pour ces présumées erreurs et dit espérer que cette lettre ne nuise pas à la relation entre les deux établissements.

Le professeur Charles Le Blanc s'attend toutefois à ce que l'Université d'Ottawa le soutienne, et qu'elle réitère l'importance de la prise de parole indépendante de ses professeurs.

Selon les informations de Catherine Lanthier

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine