Retour

Ouverture du pape envers les divorcés : un « défi » pour les archevêques de la région

La main tendue du pape François vers les catholiques divorcés, remariés ou vivants en union libre est qualifiée de « grand défi » par les archevêques d'Ottawa et de Gatineau.

Dans son « exhortation apostalistique », le pape leur ouvre la porte sans toutefois les inviter à la communion ni modifier le dogme du mariage catholique. Le document ne fait toutefois aucune place aux homosexuels.

Malgré tout, Terence Prendergast estime que l'archidiocèse d'Ottawa manque de prêtres et d'animateurs pastoraux pour réaliser l'ouverture prônée par le pape.

Pas question non plus de bénir l'union de gens divorcés qui voudraient se remarier avec d'autres conjoints devant l'Église.

« On ne peut pas célébrer le mariage d'une personne divorcée sans avoir une déclaration de nullité. Nous avons toutefois simplifié la procédure en annulant les frais pour obtenir une telle déclaration », indique Mgr Prendergast.

Pour l'archevêque de Gatineau Paul-André Durocher, le pape François invite les catholiques à changer d'attitude sur certains dossiers.

« La question est maintenant de savoir comment on peut accompagner les gens dont le premier mariage n'a pas fonctionné. Dans le passé on excommuniait ces gens-là, cela a changé. Là, le pape le dit clairement, non seulement les divorcés ne sont pas excommuniés, ils ne doivent pas se sentir excommuniés, les paroisses doivent les accueillir », explique Mgr Durocher.

Les directives du pape étaient très attendues à la suite des deux synodes sur la famille (2014 et 2015), où de profondes divisions étaient apparues au sein de l'Église au sujet des évolutions sociales.

L'esprit rassembleur de la philosophie de Jorge Bergoglio - le pape François - est résumé par une phrase clé de son texte : « je comprends ceux qui préfèrent une pastorale plus rigide qui ne prête à aucune confusion », mais, ajoute-t-il, l'Église « doit être une mère [...] qui ne renonce pas au bien possible, même si elle court le risque de se salir avec la boue de la route ».

Avec les informations du journaliste Michel-Denis Potvin

Plus d'articles

Commentaires