Retour

Ovation et larmes pour l'ancien capitaine des Sénateurs Daniel Alfredsson

Daniel Alfredsson a tiré sa révérence sous les applaudissements nourris et les pleurs d'une foule d'admirateurs. Après 25 ans d'histoire, aucun joueur des Sénateurs d'Ottawa n'aura eu plus d'influence que lui.

Les Sénateurs ont rendu hommage à leur ancien capitaine en retirant son chandail numéro 11, jeudi soir, avant un match à Ottawa contre les Red Wings de Détroit. Il devient ainsi le premier joueur de l'organisation à voir son chandail s'élever dans les hauteurs du Centre Canadian Tire.

Âgé de 44 ans, celui qu'on surnommait « Alfie » a porté les couleurs des Sénateurs pendant 17 saisons, dont 13 en tant que capitaine. Il a été un des piliers ayant transformé cette équipe d'expansion en une force respectée dans la Ligue nationale de hockey.

« En ce qui me concerne, son chandail est déjà retiré tellement il a eu un gros impact pour cette organisation », a mentionné Chris Neil, qui a joué en compagnie d'Alfredsson pendant 11 ans.

Il voulait toujours devenir meilleur et rendre les autres meilleurs, tant sur la patinoire qu'à l'extérieur de la surface de jeu. C'était la personne qui travaillait le plus fort.

Chris Neil, confrère de Daniel Alfredsson

Natif de Göteborg en Suède, Alfredsson est devenu au fil des ans le visage des Sénateurs. Même une mésentente contractuelle, en 2013, n'a pu ternir son image.

À la fin de sa carrière, il a joué une saison avec les Red Wings de Détroit avant de signer un contrat d'une journée avec les Sénateurs pour lui permettre de prendre sa retraite à Ottawa.

Les Sénateurs comptent encore dans leurs rangs plusieurs joueurs ayant eu l'occasion d'évoluer en compagnie du Suédois, mais pour Mark Borowiecki, sa présence était presque magique.

« Au début, j'étais très impressionné », a affirmé le défenseur, natif d'Ottawa. « Je me souviens de mon premier match dans la LNH, à San José. J'étais timide, c'était mon idole depuis le jour où il a été repêché. »

Borowiecki a grandi à quelques minutes du Centre Canadian Tire et il était un partisan des Sénateurs et d'Alfredsson. Il a d'ailleurs rapporté, mercredi, qu'il avait toujours la carte recrue du numéro 11 dans la chambre où il logeait, chez ses parents.

Un joueur présent dans sa communauté

Alfredsson n'était pas seulement impressionnant sur la patinoire, il l'était aussi au sein de la communauté.

Actif auprès de nombreuses oeuvres caritatives, incluant la Fondation des Sénateurs d'Ottawa, c'est son dévouement envers la santé mentale qui a le plus fait écarquiller les yeux.

En juin 2008, Alfredsson est devenu le porte-parole d'une campagne de sensibilisation, afin d'inciter le dialogue au sujet de la santé mentale et d'inspirer le soutien dans la communauté.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Toute la vérité sur la Vierge





Concours!



Rabais de la semaine