Retour

Pas de fumée dans les lieux publics et pas d'exception en Ontario

L'Ontario limitera l'utilisation de la marijuana médicale et de la cigarette électronique pour éviter que la population soit en contact avec de la fumée secondaire. Il s'agit d'un retournement majeur pour le gouvernement, qui avait pensé permettre le vapotage et le cannabis médical dans les lieux publics.

Un texte d'Alex BoissonneaultTwitterCourriel

La ministre associée de la Santé, Dipika Darmela, a confirmé la nouvelle jeudi. À moins d'un changement, il sera interdit à partir du 1er juillet de fumer quoi ce soit dans les lieux de travail, les bâtiments publics ainsi que dans les zones extérieures désignées, comme les parcs où se trouvent des enfants.

L'interdiction s'appliquera aussi aux magasins de cigarettes électroniques et à tous les salons de vapotage et dispensaires de marijuana qui ont ouvert leurs portes en Ontario. Plusieurs commerces qui fonctionnaient en toute légalité jusqu'à maintenant fermeront donc leurs portes.

La province souhaite à la fois décourager l'utilisation de la cigarette électronique et protéger la santé des Ontariens. Même si la toxicité de la fumée secondaire des vapoteuses semble moins dangereuse, celle de la marijuana pourrait correspondre à celle du tabac.

Déjà l'Ontario a interdit le 1er janvier la vente de cigarettes électroniques ou de ses produits dérivés aux moins de 19 ans.

Virage à 180 degrés

L'automne dernier, le gouvernement avait décidé de permettre aux utilisateurs de marijuana médicale de fumer à peu près n'importe où, y compris au travail et dans les restaurants.

La province a fait marche arrière après la polémique suscitée par cette décision. La ministre Darmela a annoncé le lendemain de la controverse que la loi n'était pas prête et qu'elle mènerait des consultations pour préciser l'encadrement du vapotage et de l'utilisation en public de la marijuana médicale.

Ces consultations sont toujours en cours.

Un cafouillage selon l'opposition

Bien qu'ils approuvent le contenu de la loi, néo-démocrates et conservateurs ont dénoncé la façon dont le gouvernement a géré ce dossier.

Le chef conservateur, Patrick Brown, croit lui aussi que le gouvernement aurait dû être plus prudent.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine