Retour

Pas de grève générale à la STO, mais des moyens de pression pour les chauffeurs

Radio-Canada a appris qu'il n'y aurait pas de grève générale à la Société de transport de l'Outaouais (STO), vendredi. En revanche les conducteurs d'autobus et les mécaniciens envisagent plusieurs moyens de pression.

À compter de vendredi, les chauffeurs comptent refuser de faire des heures supplémentaires, adopter le port du jeans, refuser de travailler pour tout événement spécial (comme le Bal de Neige) et signaler tout type de défectuosités sur les autobus, même mineures, ce qui pourrait engendrer un surplus d'autobus bloqués au garage.

Les mécaniciens, pour leur part, ne feront plus des heures supplémentaires dès vendredi. Ce moyen de pression pourrait entraîner des retards importants dans l'entretien des autobus au garage en raison des défectuosités signalées par les chauffeurs, qui considèrent la saleté des véhicules comme une défectuosité.

Les employés participent à des rencontres d'information du Syndicat uni du transport toute la journée. Aucun vote n'aura lieu lors des rencontres. Les syndiqués ont voté massivement pour donner à leur unité syndicale un mandat de grève en décembre dernier.

Le Syndicat a envoyé, mardi après-midi, un préavis de grève de 72 heures à la STO. Les moyens de pression des chauffeurs d'autobus et des employés d'entretien de la STO pourraient commencer vendredi à compter de 4 h.

Aucune date n'a pour l'instant été avancée pour une grève générale illimitée. « On n'est pas rendus là », a affirmé un chauffeur qui a assisté à la rencontre.

Plus d'articles

Commentaires