Retour

Pas de services de garde dans 17 CPE de l'Outaouais la semaine prochaine

Le syndicat représentant les travailleuses dans 17 CPE en Outaouais confirme qu'il déclenchera une grève la semaine prochaine.

Dans un communiqué, le Syndicat des travailleurs et des travailleuses en centre de la petite enfance de l'Outaouais - CSN (STCPEO - CSN) indique que ses membres seront en grève à compter du lundi 19 mars.

« On est rendu au moyen ultime, vous savez. On ne le fait pas de gaité de coeur de [déclencher une] grève », a déclaré Christian Meilleur, vice-président de la Fédération de la santé et des services sociaux affilié à la CSN.

Les horaires de travail sont le principal point en litige dans le conflit. Le syndicat estime que la partie patronale s'est montrée peu ouverte à faire des compromis pour régler le différend.

Une rencontre de négociation est prévue le 24 mars. Le Syndicat croit que c'est trop tard et accuse l'employeur de ne pas s'efforcer de négocier plus rapidement.

L'Association patronale des CPE syndiqués de l'Outaouais (APCPESO) ne comprend pas la décision du syndicat de faire la grève la semaine prochaine, une grève qu'elle qualifie de « malveillante et inutile ». Elle accuse le syndicat de mauvaise foi.

« On ne refuse pas [de négocier] parce qu'on ne veut pas. On refuse parce que nos agendas sont complets. Je pense que c'est une stratégie pour faire dire que l'employeur ne veut pas s'assoir, mais ce n'est pas du tout ça dans les faits », a exposé la présidente de l'APCPESO, Manon St-Denis.

L'APCPESO soutient que les discussions avec le syndicat avaient progressé lors de quatre jours de conciliation.

Un casse-tête pour les parents

Pour les parents, cette grève imminente de quatre jours causera un casse-tête d'horaire et de réorganisation de la vie familiale.

Zied Hamida sera dans cette situation. Ce père de quatre enfants, dont la fillette de deux ans fréquente un CPE, n'ira pas travailler lundi.

Sa conjointe et lui pigeront dans leur banque de congé au travail pour pouvoir rester à la maison avec l'enfant.

« Je vais m'absenter des moitiés de journée et elle d'autres moitiés de journée, mais pour d'autres personnes, des femmes qui sont monoparentales, qu'est-ce qu'elles vont faire? », se demande M. Hamida.

Or, les parents pourraient ne pas être au bout de leur peine alors que le STCPEO- CSN laisse miroiter la possibilité d'une grève illimitée.

« Au courant de la semaine prochaine, des assemblées générales sont prévues avec l'ensemble des secteurs du syndicat pour voir les options qui s'offrent aux salariées. L'obtention d'un mandat de grève générale illimité n'est pas exclue », peut-on lire dans le communiqué syndical.

M. Hamida souhaite que les deux parties s'entendent rapidement.

Avec les informations de Julie-Anne Lapointe

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité