Retour

Pas nécessaire de resserrer les règles, selon le Festival de montgolfières de Gatineau

À quelques semaines du Festival de montgolfières de Gatineau (FMG), le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) veut renforcer les règles pour les pilotes de ces aéronefs à la suite de plusieurs accidents.

La présidente du BST, Kathy Fox, se dit préoccupée de l'absence de règlements et de normes adéquates pour encadrer la conduite de montgolfières.

Elle souligne que même si les montgolfières sont assujetties à la Loi sur l'aéronautique, les aérostiers n'ont pas à se soumettre à des règlements similaires à ceux que doivent suivre les autres transporteurs commerciaux.

Le Festival de montgolfières de Gatineau n'est pas fermé à l'idée de resserrer les règles, mais croit que la réglementation actuelle est suffisante pour assurer la sécurité des passagers.

Par contre, selon le directeur des opérations montgolfières, Bernard Gervais, le FMG est déjà plus exigeant envers ses pilotes que le ministère fédéral des Transports.

« Ce qui est demandé aux pilotes est assez demandant, explique Bernard Gervais. En plus des certifications, tous les aéronefs doivent être acceptés. On demande à tous nos pilotes de faire une inspection et que tout soit conforme avant de gonfler le ballon. »

Depuis des années, le Festival de montgolfières de Gatineau demande aux conducteurs d'aéronefs deux fois plus d'heures d'expérience de vol que ce qui est exigé par le ministère fédéral des Transports.

Kathy Fox explique dans un communiqué que deux recommandations du BST sont restées lettre morte depuis 2008.

L'une de ces recommandations conseillait à Transports Canada de forcer les exploitants à se doter d'un dispositif d'arrêt d'urgence de l'alimentation en carburant.

Plus d'articles

Commentaires