Retour

Passer un test génétique et risquer de voir le prix de son assurance augmenter drastiquement

Il existe plus de 30 000 tests génétiques au pays pour découvrir si une personne est porteuse ou non de certaines maladies. Or, de nombreux patients se sentent déchirés entre la possibilité de passer ces tests et le risque de voir une énorme augmentation du prix de leur couverture d'assurance lors du renouvellement.

Le problème est que rien n'empêche les compagnies d'assurance ou les employeurs d'avoir accès aux résultats de ces tests.

Certains hésitent donc à passer des tests de dépistage génétique, par crainte que les résultats soient utilisés contre eux. Leurs primes d'assurance pourraient alors augmenter au moment du renouvellement du contrat... Pire encore, certains craignent de perdre leur emploi.

C'est l'inquiétude de Vidalia Botelho, une résidente de Val-des-Monts, qui a survécu à un cancer du sein. Ses enfants n'ont pas passé tests génétiques, pour l'instant.

Un projet de loi qui donne de l'espoir

Le Canada est le seul pays du G7 qui n'a pas de protection juridique contre la discrimination génétique.

Le député Rob Oliphant propose d'ailleurs un projet de loi visant à interdire et à prévenir la discrimination génétique. Il a fait une sortie à ce sujet mardi, à Ottawa. 

Cette position est aussi partagée par de nombreux médecins, scientifiques et associations de santé.

Le projet de loi S-201 reçoit notamment l'appui du député libéral Rob Oliphant, qui espère le faire adopter à la Chambre des communes.

Si ce projet de loi fait naître de l'espoir chez Vidalia Botelho, les compagnies d'assurances personnelles s'y opposent. Ces dernières considèrent que cette information est essentielle pour connaître le risque que représente un assuré.

Avec les informations de la journaliste Geneviève Garon

Plus d'articles

Commentaires