Retour

Patrick Brown se dit pour une tarification du carbone

Le chef du Parti progressiste-conservateur, Patrick Brown dit être pour une tarification du carbone afin d'aider à lutter contre les changements climatiques, mais ajoute ne pas appuyer le plan libéral d'un système de plafonnement et d'échange.

Patrick Brown s'est adressé samedi à plus de 1 600 délégués du parti réunis en congrès à Ottawa.

Il a aussi affirmé que « les changements climatiques sont un fait » et une menace créée par l'homme. Selon lui, il faut faire quelque chose et « ce quelque chose inclut fixer un prix du carbone ».

Patrick Brown n'a été que très poliment applaudi pour ces déclarations sur les changements climatiques et quelques délégués ont même dit « non ». Le chef conservateur se dit tout de même confiant et croit que le parti et le caucus appuieront sa position.

Patrick Brown a qualifié le plan libéral de plafonnement et d'échange de saignée de 1,9 milliard de dollars du gouvernement et dit que toute tarification du carbone doit être neutre fiscalement.

Préparer 2018

La prochaine élection générale en Ontario n'aura lieu que dans deux ans, mais les conservateurs ontariens préparent déjà la bataille électorale.

Patrick Brown, élu à la tête du parti en 2014, s'est une fois de plus engagé à consulter sa base avant de finaliser le programme du parti et à ne pas répéter les erreurs des campagnes passées.

« Nous devons regarder vers l'avenir pour donner aux gens un véritable choix en 2018. Regarder l'avenir en Ontario où nos enfants auront encore plus d'opportunités », affirme le chef.

Si Patrick Brown joue la carte de l'ouverture, ce n'est pas par hasard.

C'est que les membres du parti reprochaient à son prédécesseur, Tim Hudak, d'avoir fait des promesses électorales peu populaires, comme celle d'éliminer 100 000 postes de fonctionnaires, sans les consulter.

Les conservateurs comptent mener une campagne forte pour les 122 sièges de l'Assemblée législative en 2018 et non pas seulement pour les sièges soi-disant gagnables.

Préoccupés par l'état des finances publiques

Le programme conservateur reste encore à être finalisé, mais Patrick Brown martèle déjà un credo cher de la droite en vue des prochaines élections, soit celui de la saine gestion des finances publiques.

Le chef conservateur estime que les Ontariens devront faire un choix entre deux modèles de gestion pour la province.

« La dette de l'Ontario a une croissance plus rapide que celle du gouvernement fédéral ou des autres provinces. Cette année, notre dette atteint maintenant 308 milliards de dollars, soit 22 000 dollars par personne. C'est n'est pas le résultat d'une incompétence, c'est le résultat d'un choix », dit-il.

Les 1600 délégués conservateurs choisissent dimanche les nouveaux membres de l'exécutif du parti.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine