Retour

Patrimoine canadien lance des consultations pour le futur plan pour les langues officielles

La ministre du Patrimoine canadien Mélanie Joly lance aujourd'hui des consultations pancanadiennes sur les langues officielles, qui auront lieu jusqu'en octobre 2016.

Ces consultations doivent servir à alimenter la réflexion du ministère sur les enjeux et les mesures prioritaires dans le but d'élaborer la prochaine stratégie du gouvernement fédéral en matière de langues officielles.

« On veut savoir comment on peut s'assurer de soutenir la vitalité de leur communauté linguistique en situation minoritaire », précise Mme Joly.

Ce plan pluriannuel, auparavantf appelé Feuille de route pour les langues officielles du Canada, fera l'objet d'un rapport prévu en 2017 et devrait être mis en œuvre à compter de 2018.

Ceux qui veulent se faire entendre sur le sujet pourront participer à des tables rondes et répondre à un questionnaire en ligne, qui sera accessible aussi au grand public.

Les tables rondes auront lieu dans les capitales provinciales et territoriales, mais aussi dans des « villes clés » pour les francophones et anglophones vivant en situation minoritaire.

Au total, ce sont 21 communautés à travers le Canada qui seront visitées dans le cadre de cette consultation, qui débutera dès lundi à Alfred, en Ontario.

La Fédération des communautés francophones et acadienne mettra un site en ligne www.fcfa.ca/consultations pour encourager la participation des groupes et des citoyens francophones à cette consultation.

« Les francophones ont une belle occasion de parler au gouvernement fédéral de leurs réalités et surtout de dire ce qu'il leur faut, à eux et à leur communauté, pour vivre en français. Nous allons tout faire pour qu'ils soient nombreux à prendre la parole », explique la présidente de la FCFA du Canada, Sylviane Lanthier.

Le député d'Edmonton-Centre et secrétaire parlementaire de la ministre du Patrimoine canadien, Randy Boissenault, appuiera la ministre Joly lors de cette tournée.

Répondre aux inquiétudes

Mme Joly ne cache pas qu'elle a ressenti une certaine anxiété au sein des communautés quant au fait qu'elles soient suffisamment outillées pour répondre aux nouveaux défis que posent par exemple l'immigration ou les communications.

« Depuis longtemps, le gouvernement précédent n'avait pas beaucoup fait en matière de langues officielles, et nous, on veut un véritable plan de match pour justement s'assurer qu'il y ait une pérennité », souligne-t-elle.

Mélanie Joly rappelle que le premier ministre lui a demandé dans sa lettre de mandat d'assurer un rôle de locomotive en matière de langues officielles et de mettre en oeuvre un plan d'action.

« C'est exactement ce que je veux faire et c'est pourquoi, avant de le faire, je veux m'assurer de consulter les citoyens et les citoyennes partout au Canada », conclut-elle.

Avec des informations de Louis Blouin et de Jérémie Bergeron

Plus d'articles

Commentaires