Retour

Patrimoine religieux : trois projets de sauvegarde récompensés

La Table régionale du patrimoine religieux de l'Outaouais a récompensé, mercredi, trois projets de sauvegarde et de mise en valeur du patrimoine religieux. En dépit de ces réalisations, beaucoup de sites ont besoin de restauration dans la région, mais les budgets provinciaux diminuent, selon l'organisme.

L'église anglicane Saint-Paul de Shawville, construite en 1821, a fait l'objet d'une restauration récente. Les travaux ont été récompensés par la Table régionale du patrimoine de l'Outaouais.

La remise en état du presbytère de l'église catholique de Saint-Stephen, à Chelsea, transformé en centre culturel, s'est aussi méritée une mention de l'organisme.


La qualité de la restauration de la maison du gardien au cimetière les Jardins du Souvenir a aussi été reconnue par la Table régionale du patrimoine religieux de l'Outaouais.

Manque de ressources

Selon un inventaire de 2004, une centaine de lieux de cultes en Outaouais ont besoin de rénovations. Le budget annuel pour les projets de rénovations au Québec n'est que de 10 millions de dollars, ce qui est nettement insuffisant, selon la présidente de la Table régionale du patrimoine religieux de l'Outaouais, Marie Roy.

Mme Roy souhaite entre autres que le presbytère de l'Église Saint-François-de-Sales de Gatineau reçoive une subvention du Conseil québécois du patrimoine religieux. « On aimerait recevoir un projet pour ce presbytère, il est magnifique, il est extraordinaire », ajoute Mme Roy.

Plus d'articles