Retour

Pedneaud-Jobin promet 1 M$ pour le développement récréotouristique

Le candidat à la mairie de Gatineau Maxime Pedneaud-Jobin promet la création d'un fonds d'un million de dollars pour des initiatives récréotouristiques.

Le maire sortant a lancé lundi matin son plan économique et récréotouristique.

Maxime Pedneaud-Jobin veut faire de Gatineau une destination internationale pour le vélo et le ski de fond.

Il veut également créer un nouveau circuit touristique pour mettre en valeur des lieux touristiques comme le parc des Cèdres, le Vieux-Aylmer, la Ferme Moore, la rue Jacques-Cartier, le Parc écologique Dalton et la Lièvre.

Par ailleurs, M. Pedneaud-Jobin compte augmenter de 150 000 $ l'enveloppe du Bureau des grands événements afin d'attirer d'autres événements d'envergure comme les MosaïCanada au parc Jacques-Cartier.

Soutien au développement économique

Le chef d'Équipe Pedneaud-Jobin-Action Gatineau dit vouloir « garder l'élan des quatre dernières années » et poursuivre les efforts pour faciliter la vie aux entrepreneurs, en continuant l'allègement de la règlementation municipale et des processus administratifs.

À ceux qui disent que les choses tardent à la Ville, le maire sortant réplique que la Ville « a réduit les délais pour les permis ». « On a beaucoup, beaucoup moins de paperasse », a-t-il affirmé.

Maxime Pedneaud-Jobin rappelle que la Ville ne peut régler en six mois des projets d'envergure comme celui de la Place des peuples du groupe Brigil.

« Je donnerai l'exemple d'un investissement de 80 millions de dollars [à l'hôtel] Four Points, qui a pris 18 mois pour en arriver à une première mouture », a indiqué M. Pedneaud-Jobin.

Rappelons que la conseillère sortante Louise Boudrias compte déposer mardi, au conseil municipal, une résolution pour que soit accélérée l'étude du projet de la Place des peuples.

« Le projet de Brigil a été reçu en mars », a rappelé le maire.

Quant aux entreprises émergentes, le maire sortant de Gatineau compte encourager l'innovation technologique et soutenir les incubateurs et les accélérateurs d'entreprises grâce à des partenariats avec les institutions d'enseignement supérieur et les entreprises à fort potentiel d'exportation.

Avec les informations de la journaliste Nathalie Tremblay

Plus d'articles

Commentaires