Retour

Perturbations à l'aéroport d'Ottawa à cause d'un conflit de travail des chauffeurs de taxi

Les chauffeurs de la flotte de taxi de l'aéroport international d'Ottawa sont en conflit de travail avec leur employeur. Cette situation a des répercussions sur les passagers.

Les chauffeurs sont en conflit avec Coventry Connections, le plus grand répartiteur de taxi de la capitale nationale, qui possède les droits exclusifs de gestion des 150 taxis de l'aéroport international d'Ottawa.

L'entreprise affirme que la direction de l'aéroport a décidé d'augmenter la redevance mensuelle qui lui est versée. Cette dernière, qui s'élevait de 1,50 $ à 2 $ par trajet, a été portée à 5 $.

Le syndicat des chauffeurs dit refuser de refiler ce coût aux clients. 

« On ne croit pas que ce soit ni au passager ni au chauffeur de payer ces frais. Personne ne devrait avoir à payer pour offrir un service au public », affirme Harry Ghadban du syndicat Unifor. 

En réaction, un mouvement de grève a été lancé par les chauffeurs qui refusent que cette hausse soit appliquée aux frais de ramassage qu'ils doivent verser à leur employeur.

« L'industrie du taxi a versé pendant plusieurs années des montants qui sont historiquement les plus bas parmi ceux qui sont pratiqués par les autres aéroports en Amérique du Nord », rappelle pour sa part le président-directeur général de Coventry Connections, Hanif Patni.

Il affirme que la situation a été expliquée au syndicat des chauffeurs, depuis plus d'un an, mais qu'aucun accord n'a pu être trouvé.

Des répercussions pour les passagers

L'administration aéroportuaire indique que les passagers risquent d'attendre plus longtemps que d'habitude et qu'il pourrait y avoir des congestions sur les voies de circulation de l'aéroport et autour de l'aéroport.

Les voyageurs se voient donc encouragés à prévoir des solutions de rechange pour leurs trajets ou à trouver des moyens de transport auprès de leurs familles, amis ou collègues.

Un kiosque d'information a été installé aux arrivées, au rez-de-chaussée de l'aérogare, pour offrir une assistance en cas de besoin.

Les chauffeurs des compagnies Blue Line et Capital continueront à déposer des passagers à l'aéroport, mais par solidarité, ils ne ramasseront aucun client sur place.

L'aéroport entre deux feux

La direction de l'aéroport d'Ottawa n'ose pas s'immiscer dans le conflit qui oppose Coventry Connections et les chauffeurs. La porte-parole Krista Kealy estime que c'est aux parties de s'entendre. 

« Nous avons un contrat qui règle les termes monétaires avec Coventry, alors comment ils prennent l'argent ou gèrent les affaires avec les chauffeurs, ce n'est pas notre affaire », dit-elle. 

Avec les informations de CBC et de la journaliste Andréanne Apablaza

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une tempête de neige au Colorado rend la conduite difficile





Rabais de la semaine